LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Siège social de la Banque centrale européenne (BCE), Commerzbank et Deutsche Bank, situés dans le quartier financier de Francfort, en Allemagne.
Épisode 5 :

Organiser une protection européenne

44 min
À retrouver dans l'émission

Nous tentons dans cette dernière conversation avec Charles Citroën, de trouver la bonne échelle et le bon niveau pour répondre à la question de l’extraterritorialité qui caractérise, en particulier, le pouvoir dans un monde déterritorialisé.

Siège social de la Banque centrale européenne (BCE), Commerzbank et Deutsche Bank, situés dans le quartier financier de Francfort, en Allemagne.
Siège social de la Banque centrale européenne (BCE), Commerzbank et Deutsche Bank, situés dans le quartier financier de Francfort, en Allemagne. Crédits : © Thomas Lohnes - Getty

La véritable clé de la lutte contre l’extraterritorialité des lois, notamment américaines, se trouve en Europe. Elle pourrait mieux se protéger par une politique monétaire qui la rende moins dépendante du dollar, et par une autonomie régulatoire plus confiante dans son poids financier énorme. À condition que les différents pays de l’U.E s’unissent pour créer un espace non seulement économique mais également politique. C’est de la synergie entre ces deux dimensions que l’extraterritorialité sera définitivement bloquée.

Nous en parlons ce soir avec Charles Citroën, auteur en 2019 de l'article "Comment gagner la guerre de l’extraterritorialité ?" pour la revue en ligne Le Grand Continent, et rédacteur d’un rapport pour l’Institut Montaigne.

La question de l’extraterritorialité est très présente dans le débat public et dans la pensée des décideurs publics, notamment depuis la fameuse amende de BNP Paribas. Et ce qui a servi de catalyseur pour amener ce sujet dans le débat public c’est le retour des sanctions extraterritoriales décidées par Donald Trump en Iran.

Le génie de l’extraterritorialité américaine réside dans le fait que, dès 1993, le secrétaire d’Etat américain de l’époque, ainsi que le secrétaire du Trésor, ont fait de l’extraterritorialité non seulement une arme morale, mais aussi une arme économique au service des intérêts américains. C’est pour cette raison, à mon sens, que les autorités européennes ne se sont saisies du sujet qu’il y a peu de temps. Et comme le dit Frédéric Pierucci : on n’a pas vu le « piège américain ».

Il manque à l’Union européenne des attributs essentiels de la puissance comme le souligne Zaki Laïdi, notamment l’absence d’une armée unifiée, la difficulté de parler d’une seule voix à l’internationale, etc.

Je suis convaincu qu’il existe des cas où l’Europe a réussi à imposer ses normes sans passer par la force.

>>> Extrait musical choisi par l'invité : "The Chain" du groupe de rock américano-britannique Fleetwood Mac

>>> Pour en savoir plus sur :

Intervenants
  • Auteur en 2019 de l'article "Comment gagner la guerre de l’extraterritorialité ?" pour la revue en ligne "Le Grand Continent"
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......