LE DIRECT
Cinq belles histoires de la médecine et leurs conséquences aujourd’hui autour de quelques hommes qui auront marqué leur spécialité.
Épisode 5 :

Grégory Pincus et l’invention de la pilule contraceptive

44 min
À retrouver dans l'émission

Cinq belles histoires de la médecine et leurs conséquences aujourd’hui autour de quelques hommes qui auront marqué leur spécialité : Louis Pasteur, Freud, et d'autres, de quoi réfléchir sur quelques personnages « emeritus ». Ce soir, Gregory Pincus avec Philippe Bouchard, endocrinologue.

Plaquettes de pilules contraceptives
Plaquettes de pilules contraceptives Crédits : BSIP - Getty

Qui sait que Grégory Pincus a été le premier médecin à appliquer le principe de fécondation in-vitro chez la lapine dans les années 30 aux USA ? Qui sait que ce même scientifique est le père de la pilule contraceptive dans les années 1955 ? Qui sait que la rencontre de Grégory Pincus avec une suffragette déterminée mais aussi richissime américaine aura permis les premiers essais contraceptifs à Porto Rico qui ont connu le succès que l’on sait ? Cependant, la contraception, cette dissociation volontaire entre la sexualité et la procréation a de tout temps été débattue, acceptée par les uns et combattue par les autres.  

La survenue d’effets secondaires ou de complications ne peut que renforcer le « front du refus » de son utilisation. On peut noter une baisse du recours au traitement hormonal. Nous avons demandé au professeur Philippe Bouchard, endocrinologue et membre de l’Académie de médecine de, non seulement nous raconter l’extraordinaire vie de « Goody Pincus », mais aussi de nous éclairer sur les vraies fausses complications de la pilule et de l’attitude pratique qui en découlent pour les utilisatrices. 

Pincus a découvert au sud du Mexique un igname qui s'appelle Cabeza Negra (légume racine tropical) à partir duquel il pouvait extraire la sapogénine et fabriquer la diosgénine (molécules), précurseur de toutes les hormones stéroïdes. [...]Il a ramené de grandes quantités d'ignames, et il a trouvé un laboratoire à Mexico avec qui il a traité et a commencé à extraire ces molécules, puis, enfin, la progestérone. Ça a été une victoire incroyable de la chimie. 

1960 : La première pilule mise sur le marché qui contenait de la progestérone est autorisé uniquement pour le contrôle des troubles des règles, et pas du tout dans un but contraceptif. [...]   1965 : La Cour Suprême des Etats-Unis autorise l'utilisation de la pilule à l'intérieur des couples mariés. Une révolution pour dix millions de femmes.

Ce qui est dangereux avec la contraception, c'est de ne pas la prendre.

Les perturbateurs endocriniens, dont on parle beaucoup dans la presse, ont réactivé le sujet (pilule dangereuse) : les urines contenant de l’œstrogène sont larguées dans les lacs, etc. et sont responsables des modifications de l'environnement animal (par exemple : la taille du sexe de l’alligator a diminué).

La priorité, surtout dans les pays faiblement développés comme l'Afrique, c'est aussi la lutte contre le sida. Et si on a à la fois un produit qui contrôle les naissances et qui permet d'éviter la contamination du virus, ce serait une victoire exceptionnelle. Ce projet (anneau vaginale ou crème contenant un dérivé de la progestérone à la Pincus et un anti-rétroviral) est soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates, les études sont en courts. 

Un homme produit mille spermatozoïdes par battement de cœur. 

Extrait musical : Edward Elgar - Enigma Variation No. 9 (Nimrod)

Pour en savoir plus

--> Les centres médico-chirugicaux Ambroise Paré, Pierre Cherest, Hartmann - Pr. Philippe Bouchard.

--> Portrait de Gregory Goodwin Pincus (et de ses associés)

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......