LE DIRECT
 .
Épisode 5 :

La révolution féminine sera corporelle, ou ne sera pas

44 min
À retrouver dans l'émission

La question du féminisme traverse tous les domaines, mais comment les femmes changent-elles vraiment les choses ? Les divisions autour de ce sujet témoignent d’une question réelle et concrète. Pour en parler, nous sommes ce soir avec Camille Froidevaux-Metterie.

Simone De Beauvoir à la conférence de presse du comité pour les Droits des Femmes en 1979
Simone De Beauvoir à la conférence de presse du comité pour les Droits des Femmes en 1979 Crédits : Daniel Simon - Getty

La « Révolution du féminin », c’était le premier grand livre de Camille Froidevaux-Metterie, comment mieux dire que le « féminin » change tout. Il se terminait sur le plus intime en apparence : la façon de « vivre » son « corps ». Même les plus grandes philosophies du corps vécu, y compris sexuel, n’avaient pas accédé à cette question de vivre son corps « féminin » ou d’ailleurs aussi « masculin ». C’est une question qui semble à la charnière de la condition vitale, des normes sociales. Mais comment oublier que c’est aussi une question vivante et vécue, dans tous ses aspects les plus intimes et sociaux en effet. La révolution féminine sera corporelle, ou ne sera pas. 

Je suis entrée en féminisme par le corps, par le mien spécifiquement.

Le féminin n'est pas de l'ordre d'une essence [...], c'est l'idée de prendre en compte des caractéristiques de l'existence des femmes qui sont spécifiquement rapportées à ce qu'il y a de féminin en elles, et notamment dans les caractéristiques corporelles. [...] La féminité, elle, relève de l'ordre des représentations, c'est un idéal, un mixte de dévouement maternel, de dépendance matérielle et de disponibilité sexuelle [...] Le mot renvoie à des assignations considérées comme intangibles. Le féminin doit être compris lui dans sa dimension toujours nécessairement située, c'est quelque chose qui est de l'ordre de l'expérience vécue, à un moment donné de l'histoire, dans une société donnée.

Extrait musical : Debout les femmes - Hymne du MLF, dans sa version de 2018

Pour en savoir plus :  

Interview de Camille Froidevaux-Metterie dans Libération en 2018 :   «Le consentement est un langage de désir, une rhétorique du plaisir».

"Camille Froidevaux-Metterie, un féminisme de l’intime", un portrait de Catherine Vincent paru dans le Monde en 2018.

Rediffusion du 17 mai 2019.

Intervenants
  • philosophe féministe, professeure de science politique et chargée de mission égalité-diversité à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......