LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'écharpe tricolore
Épisode 2 :

Les institutions critiques ont de l’avenir

44 min
À retrouver dans l'émission

On croit parfois que les protestations et les manifestations sont le signe d’une crise des institutions. Cela dépend.

Mouvement "Nuit debout" sur la Place de la République à Paris (en 2016).
Mouvement "Nuit debout" sur la Place de la République à Paris (en 2016). Crédits : © Elise HARDY / Gamma-Rapho - Getty

Non seulement elles sont un signe de vitalité et d’attachement à des institutions démocratiques, pour les améliorer, mais en fait elles sont permises par des institutions, et les protestations et manifestations sont elles-mêmes des institutions ! Ce sont les plus paradoxales mais aussi les plus centrales d’entre elles. Dominique Rousseau, spécialiste de la constitution, des droits de l’homme, l’est aussi de la contestation et du débat citoyen. Où en sommes-nous de la participation, de la critique, qui seuls évitent la désaffection et la guerre ? Il nous montre qu’elles sont encore vivantes et qu’elles ont de l’avenir.

C'est l'énergie sociale, c'est la société qui produit les institutions et les institutions vont ensuite produire le droit, les procédures, les règles qui doivent rester ouvertes sur l'énergie sociale pour ne pas l'étouffer et pour permettre cette vie-là.

Les institutions sont faites pour finalement éviter la violence et objectiver les conflits sociaux par l'intermédiaire de procédures et ce à quoi on assiste aujourd'hui, le refus des institutions, ramène à une inquiétude fondamentale. [...] Toutes les institutions sont aujourd'hui critiquées. Donc, un des éléments de la crise vient du fait que l'on refuse les institutions. [...] Et d'un autre côté, donc, il n'y a plus personne pour élaborer ce qui pourrait être la règle du vivre ensemble.

L'institution de la famille : si on se reporte quelques années en arrière, c'est le père, la mère et les enfants. C'était clair. Aujourd'hui, cette institution familiale, on peut dire qu'elle est déconstruite. Et pourquoi pas ?

C'est la société qui fait bouger l'institution et l'institution va produire un nouveau droit. Il va y avoir un nouveau droit de la famille, mais aussi un nouveau droit commercial, et un nouveau droit du travail.

L'article 1er de la Déclaration des droits de l'homme dit : " Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ". C'est écrit, c'est gravé, on est d'accord. En 1789, cet article 1er veut dire égalité entre les hommes, de sexe masculin, évidemment. La phrase n'a pas changé, mais en 2020, ça veut dire égalité entre les hommes et les femmes. Autrement dit, la réclamation des mouvements féministes a conduit à faire vivre ce principe énoncé en 1789. [...] Je pense que la déclaration de 1789 est peut-être encore plus actuelle aujourd'hui qu'elle ne l'était en 1789.

Extrait musical choisi par l'invité : " Sans haine, sans armes et sans violence " par HK et les Saltimbanks - Album : "Rallumeurs d'étoiles (2015) - Label : Blue line.

Pour en savoir plus

Page wikipédia de Dominique Rousseau

Page personnelle de Dominique Rousseau (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne).

Les tribunes et articles de Dominique Rousseau parus dans le journal Libération.

Lien vers la page de la librairie juridique LGDJ présentant l'ouvrage " Mélanges. En l'honneur du professeur Dominique Rousseau ", ouvrage collectif dédié rédigé par ses collègues et amis.

Emission enregistrée fin février 2020.

Intervenants
  • professeur de droit constitutionnel à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien membre du Conseil Supérieur de la Magistrature de 2002 à 2006.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......