LE DIRECT
Exécution de masse dans un camp en Pologne, 1942
Épisode 2 :

Localiser les fosses communes de la Shoah par balles

44 min
À retrouver dans l'émission

Retour ce soir sur la Shoah par balles qui a laissé un nombre incalculable de charniers à travers l’Europe, en compagnie du Père Desbois, un acteur pionnier dans ce domaine.

Exécution de masse en Pologne, 1941.
Exécution de masse en Pologne, 1941. Crédits : © Hulton Deutsch - Getty

La mémoire de la Shoah s’est d’abord concentrée sur les camps d’extermination qui faisaient disparaître les corps. Ce n’est que secondairement qu’elle a découvert la « Shoah par balles », c’est-à-dire les massacres de Juifs dans les villages et les villes d’Europe Centrale, commis au vu et au su de la population, et dont les corps sont restés sur place. C’est à l’exhumation de cette mémoire, encore vive dans la tête des témoins, que s’est consacré le père Patrick Desbois.

Au début je pensais que l’exécution des Juifs par l’unité nazie était secrète. Et tout d’un coup je vois un petit monsieur, il se plante au bout du pré et me dit qu’il était là, qu’il a tout vu. 

Une dame a couru en criant : « Mon jardin, mon jardin ! ». J’ai compris que sous ses plantations, il y avait les Juifs. Cette scène s’est répétée à de multiples reprises. Souvent le silence au sujet des corps vient du fait que l’on cultive dessus.

On dit au début de la Bible, que la Terre a avalé le sang. Je pensais que les gens qui vivaient auprès d’une fosse commune, qu’elle soit petite ou grande – et la plus grande fausse commune contient plus de 50 000 Juifs – étaient traumatisés ou bien déménageaient. C’est rarement le cas.

On m’a fait visiter une grange en Roumanie. Transformée en musée, elle avait servi à fusiller des Juifs. Il y avait des portraits dans toute la grange, c’était très bien fait. Mais j’ai été surpris par l’absence de portraits de femme. On m’a répondu nonchalamment : « Oh, ils ont violé les femmes, mais ce n’est pas pareil, elles ne sont pas mortes ! ». Le viol est vu comme un dommage collatéral du génocide.

>>> Extrait musical choisi par l'invité : "Mayne Mame" par Talila & l'Ensemble Kol Aviv

>>> Pour en savoir plus sur les travaux du père Patrick Desbois et le site Yahad-In Unum

Le Père Desbois lors de ses recherches de terrain au Kurdistan Irakien.
Le Père Desbois lors de ses recherches de terrain au Kurdistan Irakien. Crédits : © Emmanuelle Foussat

1ère diffusion le mardi 19 novembre 2019.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......