LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La statue "Mémoires", créée par Max Rezoulat et sculptée par Marc Morvan en commémoration de l'abolition de l'esclavage, Brest, mai 2015.
Épisode 4 :

Comment réparer les crimes de l’histoire ?

43 min
À retrouver dans l'émission

La condition de victime renvoie à deux réalités : des personnes affectées dans leur chair et leur esprit et à des groupes victimes d’injustices historiques. Comment passe-t-on d’une réalité brute à une signification sociale et politique ? Et comment en sort-on ? Avec Magali Bessone, philosophe.

La statue "Mémoires", créée par Max Rezoulat et sculptée par Marc Morvan en commémoration de l'abolition de l'esclavage, Brest, mai 2015.
La statue "Mémoires", créée par Max Rezoulat et sculptée par Marc Morvan en commémoration de l'abolition de l'esclavage, Brest, mai 2015. Crédits : © FRED TANNEAU - AFP

Esclavage, colonisation, Shoah : les préjudices de ces crimes historiques n’en finissent pas de se perpétuer des décennies, voire des siècles après. Comment, dans ces conditions, faire justice aux descendants tout en respectant les principes républicains d’égalité et d’égale participation ? Nous en parlons avec Magali Bessone, professeure de philosophie à l'université Paris-1.

  • A propos du morceau diffusé pendant l'émission, "Black Panther", de Kendrick Lamar, issu de la B.O. du film du même nom sorti en 2018 :

J’ai choisi ce morceau parce qu’il est le premier sur la bande originale du film Black Panther, qui a été salué globalement comme la première fois qu’un film grand public mettait en scène un héros noir, Black Panther, ou T'Challa. (Magali Bessone)

Si l’on met de côté la réparation existentielle, ni la reconnaissance purement symbolique, ni la redistribution uniquement financière ne permettent de rendre compte de ce qui se joue dans les demandes de réparation qui est de l’ordre de la reconnaissance politique et d’une parité de participation. Vous et moi devons nous reconnaître comme des égaux, autorisés à participer aux décisions mais aussi au récit historique : c’est pourquoi les demandes de réparation, dans leur dimension de travail d’histoire, d’enseignement et de recherche sur notre histoire, relèvent pleinement de cette dimension politique. (Magali Bessone)

James Baldwin au festival Salute to Freedom à Birmingham (Etats-Unis), août 1963.
James Baldwin au festival Salute to Freedom à Birmingham (Etats-Unis), août 1963. Crédits : © Grey Villet - Getty
  • En réponse à Mark Lilla (invité de la première émission de la série), mettant en évidence le risque d’une inversion de la relation victimaire, cercle vicieux dans lequel les anciens persécuteurs seraient aujourd’hui persécutés, et des personnes sommées d’endosser le rôle de victime de leurs ancêtres :

Il me semble qu’il y a une confusion importante, entretenue par ceux qui réfutent ce discours au nom d’une repentance qui leur serait imposée, entre culpabilité et responsabilité. Les générations actuelles ne sont pas coupables de la traite et de l’esclavage tels qu’ils se sont produits dans l’histoire, mais en revanche, ils sont responsables de reconnaître. (…) James Baldwin dit : « Nous sommes notre histoire et ne pas la reconnaître ferait de nous des criminels ». Nous devons admettre que nous sommes notre histoire ; et qu’à ce titre nous sommes responsables de porter cette reconnaissance et de travailler ensemble à une réconciliation. Cette responsabilité ne repose pas sur le blâme et sur la culpabilité. (Magali Bessone)

Extrait musical choisi par l'invitée : "Black Panther" de Kendrick Lamar, issu de la B.O. du film du même nom sorti en 2018.

Intervenants
  • professeure de philosophie politique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......