LE DIRECT
Part de revenu des 1 % du haut et des 50 % du bas de la répartition aux États-Unis (1890-2016) : Divergence des trajectoires d’inégalité des revenus
Épisode 1 :

Richesse des nations, pauvreté des Etats : le déclin des Communs

43 min
À retrouver dans l'émission

Nous proposons cette semaine une double réflexion sur la croissance des inégalités, observée partout dans le monde et de plus en plus durement ressentie, et une issue possible par un meilleur partage des Biens Communs. Ce soir, avec Lucas Chancel, économiste.

Part de revenu des 1 % du haut et des 50 % du bas de la répartition aux États-Unis (1890-2016) : Divergence des trajectoires d’inégalité des revenus
Part de revenu des 1 % du haut et des 50 % du bas de la répartition aux États-Unis (1890-2016) : Divergence des trajectoires d’inégalité des revenus Crédits : WID.world (2017)

Nous parlerons d'un meilleur partage des Biens Communs, ceux que nous offrent la nature, la culture, la vie sociale. A condition de savoir préserver ces Biens Communs, les protéger des multiples formes de prédation, les réinventer parfois. Tout n’est pas perdu mais le temps presse. 

Depuis 1980, au niveau mondial, les 1% les plus riches ont capté deux fois plus de croissance que les 50% les plus pauvres. Rien ne prouve que le « ruissellement » ait fonctionné. Les données montrent plutôt qu’une autre forme d’inégalité grandit entre puissance publique et puissance privée. L’enjeu, pour l’Europe notamment, est de maintenir les Communs (éducation, santé, environnement) dans le public. Nous en parlons ce soir avec Lucas Chancel, chercheur senior à l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales), enseignant à Sciences Po-Paris et codirecteur du Laboratoire sur les inégalités mondiales à l’École d’économie de Paris

Part de revenu des 1 % du haut et des 50 % du bas de la répartition en Europe de  l’Ouest (1980–2016) : Divergence des trajectoires d’inégalité des revenus
Part de revenu des 1 % du haut et des 50 % du bas de la répartition en Europe de l’Ouest (1980–2016) : Divergence des trajectoires d’inégalité des revenus Crédits : WID.world (2017)

Polanyi décrit, à partir de la fin du XVIe siècle et jusqu’au XIXe, la marchandisation de la nature. C’est le mouvement des enclosures. (…) A peu près à la même époque, (…) à partir de la révolution industrielle, les hommes commencent à vendre leur force de travail sur un marché de l’emploi. A partir du moment où l’on constate ces deux marchandisations, plus celle de la monnaie, (…), ce système constitue pour Polanyi une société de marché. Et celle-ci précipite le déclin de l’ordre de la société occidentale tel que Karl Polanyi le constate à la fin de la première moitié du XXe siècle. (Lucas Chancel)

A Paris, on n’observe pas de relation forte entre niveau de revenu et exposition [à la pollution], mais une relation forte entre vulnérabilité et exposition. Lorsque vous êtes plus modeste, votre trajectoire de vie fait que vous allez être plus touché par quelque pollution que ce soit. (Lucas Chancel)

La question est de savoir comment est-ce que l’on arrive à financer de nouveaux besoins sans faire peser l’essentiel du fardeau sur les classes populaires et les classes moyennes. (…) La réflexion doit porter sur des réformes plus radicales sur la fiscalité sur les multinationales ou sur les grandes fortunes et les hauts patrimoines. (…) Si l’on veut lutter contre l’évasion fiscale, on peut décider demain de modifier le calcul de l’assiette de la taxation des multinationales pour que Apple, Facebook et compagnie ne délocalisent plus leurs profits à l’étranger. (Lucas Chancel)

Pour consulter le site du World Inequality Database.

Extrait diffusé pendant l'émission : "Stiiitches" par Chapelier Fou (2017).

Intervenants
  • Codirecteur du Laboratoire sur les inégalités mondiales à l’Ecole d’économie de Paris, chercheur senior à l’Iddri et enseignant à Sciences-Po Paris
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......