LE DIRECT
Plus de mille personnes se sont réunies à Londres pour défendre le climat à l'horizon 2030 avec zéro émission (Hyde Park, Londres, décembre 2010).
Épisode 1 :

Le capitalisme : du laisser-faire aux vertiges de l’innovation

44 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, pour parler de l'horizon 2030, futur pas si lointain, nous recevons Anton Brender, membre du Cercle des économistes et professeur à l'université Paris-Dauphine, et Elodie Manthé, spécialiste des nouvelles technologies et des innovations de pointe en finance.

Crédits : Jose A. Bernat Bacete - Getty

En raison des circonstances actuelles de nécessité de confinement, seule la première émission de cette série sera diffusée cette semaine. Les autres seront proposées ultérieurement. Avec nos excuses pour ce désagrément.

Le terme est assez proche pour donner de la crédibilité aux analyses et permettre à chacun d’entre nous de se projeter, en dépit des incertitudes. Il est intéressant d’ailleurs de trouver autant de textes de natures très diverses qui se réfèrent à cette date. Au cours de cette semaine, il pourra s’agir pour les plus anciens, s’ils le souhaitent, de refaire le chemin parcouru, des bilans économique, social, écologique ; tout ce qui a conduit à la situation actuelle. Pour les plus jeunes, de partager leur désir de pratiques nouvelles, au moyen d’autres outils. Parfois nous les avons réunis, c’est le cas ce soir.

Je pense qu'une partie de la panne du progrès social observée aujourd'hui, c'est parce que nous sommes restés les bras ballants et bouche bée devant tout ce que le capitalisme avait effectivement permis de faire et que, du coup, on pense que le mieux, c'est de (le) laisser faire, justement. (Anton Brender)

Nous avons un rapport à l’État, à l'autorité, qui est parfois aussi dans la recherche d'une forme de paternalisme, où l'Etat est vu comme une protection. La question ici est, parmi tous les pouvoirs que l'on confère à l’État [...], est-on prêt à lui accorder le pouvoir de prendre soin de notre santé ? (Elodie Manthé)

Le capitalisme produit du vert, non pas parce que d'un seul coup, il a pris conscience que la planète le demandait, mais parce qu'il sait que c'est rentable pour lui. Les marchés se déplacent vers le vert et ceux qui veulent rester présents comme capitalistes ont intérêt à produire plus vert. (Anton Brender)

C'est ça aussi le roman d'anticipation, jouer à se faire peur pour se dire qu'on a envie d'aller vers un futur désirable et prendre conscience que 2030, ce n'est pas loin. C'est pour cette raison que j'ai choisi cet horizon-là car dès aujourd'hui, on peut faire des choix qui nous amènent vers une destination, mais on peut aussi choisir de partir à l'opposé, si elle ne nous convient pas. (Elodie Manthé - à propos de son ouvrage "la loi 2030")

Extrait sonore : Chez la fleuriste - Poème de Jacques Prévert, lu par Anne-Laure Chanel, réalisatrice

Pour en savoir plus :

CV d'Elodie Manthé

Biographie d'Anton Brender

Théorie du Nudge

Emission enregistrée le 3 mars 2020. Cette émission fait partie d'une série (4 épisodes) diffusée entre mars et août (programme d'été 2020).

Bibliographie

Couverture La Loi 2030

La Loi 2030 Elodie ManthéEditions LC, 2019

Intervenants
  • chef économiste de Candriam, membre du Cercle des économistes
  • Spécialiste des nouvelles technologies et des innovations de pointe en finance et marketting, docteure en sciences de gestion
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......