LE DIRECT
Fariba Adelkhah et Roland Marchal, chercheurs français
Épisode 2 :

Le dilemme de l’employeur

44 min
À retrouver dans l'émission

Nous continuons notre série sur les otages avec Fabrice Weissman, co-directeur de la cellule CRASH de Médecins sans frontières (MSF), en abordant les manières qu'a l'employeur de gérer cette situation de crise.

Arrivée des dix otages de Médecins sans frontières enlevés le 24 janvier par le Mouvement National Somalien, le 24 janvier 1987
Arrivée des dix otages de Médecins sans frontières enlevés le 24 janvier par le Mouvement National Somalien, le 24 janvier 1987 Crédits : ©Langevin Jacques / Contributeur - Getty

Dans la situation complexe que représente une prise d’otage, l’employeur est souvent pris en étau entre les différents gouvernements impliqués, la protection de ses personnels et la famille. 

L’employeur, en l’occurrence une organisation humanitaire, se retrouve dans un dilemme autant pratique, que politique et éthique. Il peut se retrouver pris dans des logiques contradictoires, et déchiré entre des acteurs qui poursuivent différents buts, ont différentes priorités : les états impliqués, les familles des victimes, les médias. Face à toutes ces prises de positions, quelle attitude adopter ? Comment faire face à ces situations ? Quelle posture avoir face aux médias ? Comment contacter les preneurs d’otage, pas toujours facilement identifiables ?

Nous tenterons de répondre à ces questions avec Fabrice Weissman, co-directeur de la cellule CRASH de Médecins sans frontières (MSF) et auteur de Agir à tout prix ? Négociations humanitaires, l’expérience de Médecins sans frontières, (La découverte, 2011). 

Un enlèvement, ça commence par une disparition. Avant tout, il s'agit simplement de personnes qui manquent à l'appel, qui ont disparu lors d'un déplacement ou qui n'ont pas contacté la base comme elles auraient dû le faire. 

Dans l'idéal, une « bonne gestion de la sécurité » consiste à avoir un réseau de contacts parmi lesquels on a des personnes qui sont capables de nous informer à temps d’une dégradation imminente de la situation, ou éventuellement de nous " tuyauter ". Il s’agit d'entretenir un réseau de contacts, qui est souvent très personnel. On a beau agir au nom d'une institution, d’être représentant de Médecins sans frontières, la qualité des contacts dans une zone de guerre est très, très personnelle.

La question du paiement de rançon pose de nombreux problèmes. Elle pose un problème éthique quand on a des détenus, parce que payer une rançon, ça veut dire qu'on détourne les moyens qui nous sont alloués pour venir en aide aux victimes, afin de financer des organisations criminelles. 

Extrait musical : Jason Anick and Jason Yeager - Something

Pour en savoir plus :

Biographie de Fabrice Weissman

La structure Crash de Médecins sans frontières

Intervenants
  • co-directeur de la cellule CRASH de Médecins sans frontières (MSF)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......