LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Magasin de stockage des Archives Nationales de Fontainableau en octobre 1989
Épisode 3 :

Portrait de l’historienne en ses archives

43 min
À retrouver dans l'émission

On dit des archives qu’elles témoignent du passé, mais en est-on certain ? Ce qu’elles inventent, au présent, est quelque chose comme le passé du futur. En cela, elles ouvrent une question d’avenir. Ce soir, avec Anne Simonin, directrice de recherche au CNRS.

Magasin de stockage des Archives Nationales de Fontainableau en octobre 1989
Magasin de stockage des Archives Nationales de Fontainableau en octobre 1989 Crédits : Jérôme CHATIN/Gamma-Rapho - Getty

De l’étude du catalogue des éditions de Minuit (Le droit de désobéissance, 2012) à celle de l’indignité nationale (Le Déshonneur dans la République, 2008), Anne Simonin ne cesse d’explorer, en historienne, les rapports entre morale et politique. Où l’on parle de la loi en révolution et de la collaboration au féminin, du procès de Céline et de Babar à la BBC…

Anne Simonin est directrice de recherches au CNRS.

Je ne peux pas imaginer commencer un travail sans me demander quel fonds d'archives je vais pouvoir, ou pas, utiliser.

Il n'y a pas de répétitions dans l'histoire, mais il y a des moments de reprise, liés à la contemporanéité de la Révolution française.

Quand on recherche quelqu'un sur qui on a pas beaucoup de traces et qu'on mobilise les archives, on voit parfois surgir l'individu en question. Et alors on est comme des moissonneurs qui engrangent leur première récolte, absolument épatés. Il y a ce premier moment, ce plaisir de gosse, qui ouvre l'appétit.

Quand on parle de la commémoration du Maréchal Pétain, le premier mot qui vient, c'est le mot "indignité". La grâce dont bénéficie le Maréchal Pétain est sans effet sur le caractère infamant de l'indignité nationale.

Peut-être qu'avant de construire des listes de gens à commémorer, on pourrait veiller à ce qu'il n'ait pas été frappé d'indignité nationale. Non pas pour éviter les polémiques, mais juste pour réduire notre communauté à un minimum civique commun. Considérer que l'indignité nationale fait obstacle à toute commémoration, c'est considérer que la Seconde Guerre mondiale n'a pas eu lieu.

Je suis une « célinomane célinophobe » : je peux être dans la condamnation maximale de Céline et être bluffée par ses textes littéraires. Et les archives entretiennent ce paradoxe. En cela, ceux qui se pensent détenteurs de vérités absolues à imposer me paraissent détenir au contraire des choses fragiles.

Musique choisie par l'invitée : "Minuet for the french horn", Haendel

Entre-Temps est une revue numérique d'histoire actuelle, collective, collaborative et gratuite, attachée à la chaire de Patrick Boucheron au Collège de France.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......