LE DIRECT
Épisode 4 :

Vivre dans un monde toxique

44 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons ce soir Soraya Boudia, historienne et sociologue des sciences et des techniques à l’Université Paris Descartes, pour discuter de la toxicité qui a envahi notre monde, et des moyens de la combattre.

Masque à gaz dans une école abandonnée à Pripyat, ville la plus proche de Tchernobyl
Masque à gaz dans une école abandonnée à Pripyat, ville la plus proche de Tchernobyl Crédits : © Cavan Images - Getty

Selon Soraya Boudia, sociologue et historienne du « risque », on est passé du risque non pas seulement à la catastrophe, mais à la toxicité. C’est bien plus diffus mais non moins grave et c’est une des catégories qui régira notre présent et notre avenir. Le toxique, c’est une nuisance devenue structurelle, inévitable, universelle même. C’est le monde, la nature même qui hérite de toxicités durables et mondiales auxquelles nul n’échappera plus. Mais alors comment lutter, comment agir ? Il y a le savoir, la prise de conscience, et aussi des inégalités devant la toxicité. Ceux qui la dénient font violence à ceux qui la côtoient de plus près encore, les riverains de la toxicité. Une nouvelle justice doit répondre à de nouveaux risques. On peut et on doit répondre politiquement à la toxicité du monde.

Le problème éthique et politique qui se pose, c'est que ceux qui prennent les risques, donc ceux qui les subissent, ne sont pas les mêmes que ceux qui en bénéficient. Dans ce cas, que veut dire faire un choix (selon quels critères) et qui le fera ? 

Je pense que dans l'idée de la catastrophe, il y a justement l'idée de l’événement brutal et de l'ampleur des dégâts. Je dirais que quand on dit que quelque chose est absolument catastrophique, c’est vraiment dans une estimation des impacts et des dégâts potentiels. On ne parle de la catastrophe que dans les domaines qui nous intéressent : les questions sanitaires, environnementales, lors d'accidents majeurs.

Les plus vulnérables sont souvent ceux qu'on entend le moins, ça ne veut pas dire qu'ils s'expriment moins, et ils ne sont pas toujours au cœur des préoccupations publiques.

C'est en quelque sorte la condition de l'homme de vivre sur une planète qu'il a largement contribué à empoisonner.

Extrait musical : Yal Menfi - Akli Yahyaten

Pour en savoir plus

CV de Soraya Boudia

Colloque Retour sur la société du risque

Gouverner un monde toxique, Soraya Boudia et Nathalie Jas

Intervenants
  • Historienne et sociologue des sciences et des techniques à l’Université Paris Descartes
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......