LE DIRECT
Épisode 3 :

Après le génome, la vie continue

44 min
À retrouver dans l'émission

Le vivant, ce ne sont pas seulement les faits, nos corps, la biologie. Ce sont aussi, peut-être d’abord, des expériences, subjectives, vitales, parfois mortelles, qu’il faut entendre, méditer, qui passent par la parole et la pensée. Ce soir, avec Nicole Le Douarin, biologiste.

En novembre 2018, à l'occasion du Sommet international de l'édition du génome humain, le scientifique chinois He Jiankui déchaîne les passions en annonçant qu'il a génétiquement modifié deux embryons.
En novembre 2018, à l'occasion du Sommet international de l'édition du génome humain, le scientifique chinois He Jiankui déchaîne les passions en annonçant qu'il a génétiquement modifié deux embryons. Crédits : © S.C. Leung/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Nicole Le Douarin, médaille d’or du CNRS, secrétaire perpétuelle honoraire de l’Académie des sciences, a participé de façon centrale aux grandes découvertes qui ont percé « le secret de la vie », comme le dit l’un de ses livres. 

L’ADN, le génome, nous disent de façon définitive le principe qui définit le vivant, orientent vers son origine, ses transformations, les manières aussi de guérir ses pathologies. Mais il y a plus encore : il y a tout le contenu d’un Dictionnaire amoureux de la vie, le plaisir de la découverte, les expériences qui permettent de suivre ces transformations, par exemple en inventant des « chimères » et en suivant des neurones d’une caille dans le cerveau d’un poulet (comme elle l’a fait), les aventures de la biologie dans la société humaine, et ses transformations. L’aventure de la vie, une fois décryptée, ne fait que commencer.

Il faut être humble quand on est chercheur, parce que le chant des oiseaux a fait comprendre des choses tout à fait fondamentales à un ornithologue qui a su tirer parti des observations qu’il a faites.

La vie elle-même pose le problème de son origine et de ce qui la distingue du non-vivant. C’est un mystère qui sera peut-être résolu un jour quand on pourra faire jaillir la vie de l’inanimé. Écrire ce dictionnaire amoureux de la vie me semblait être une responsabilité plus grande que d’écrire sur la biologie.

On ne part pas d’une approche philosophique qu’on aurait de la vie, on part de la science, de ce qu’on voit, de ce qui existe, de ce qui pose des problèmes. Les scientifiques sont là pour résoudre ces problèmes.

Le phénomène qui définit le mieux la vie, c’est l’auto-reproduction. La structure même de l’ADN, en double-hélice, l’oblige à se répliquer. […] La duplication implique que la molécule d’ADN se sépare en deux et que chaque moitié fabrique son complémentaire.

Les cellules des organismes proviennent de la division d’une cellule initiale. Dans des êtres comme nous qui sommes si compliqués, il n’y a qu’une seule cellule à l’origine. C’est extraordinaire ! [...] Ce ne sont pas les mêmes cellules qui sont là au début et quand vous avez 50 ans. Il y a dans notre corps un renouvellement. 

Extrait musical choisi par l'invitée : Le second mouvement de la Symphonie n°6 ('La Pastorale') de Beethoven.

La page de Nicole Le Douarin sur le site de l'Académie des Sciences.

Emission déjà diffusée le 17 juillet 2019

Intervenants
  • biologiste, Secrétaire perpétuel honoraire de l'Académie des sciences
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......