LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une œuvre de Stéphane Blanquet

Dans les têtes de Stéphane Blanquet

58 min
À retrouver dans l'émission

Visite de la grande exposition qui lui est consacrée à la Halle St Pierre dans le 18ème arrondissement de Paris jusqu'au 31 juillet 2021.

Une œuvre de Stéphane Blanquet
Une œuvre de Stéphane Blanquet

Immersion totale, ce soir, pour l'équipe de Mauvais Genres, dans l'univers de Stéphane Blanquet 

L'un des créateurs les plus polymorphes qui soit : dessinateur, peintre, tapissier, sculpteur et cinéaste, d'un monde tour à tour nocturne, spectral et glaçant ou d'une épaisseur et d'une puissance organique et pornographique rare. Un cosmos intime où la glaise répond à l'ombre chinoise, des images 3D à des mannequins animés. 

La Halle Saint-Pierre (rue Pierre-Ronsard, Paris) lui a plus qu'ouvert ses portes, elle lui a livré son espace entier, l'occasion pour ce démiurge hors-norme d'y épanouir pleinement son univers rouge et noir, enfantin et monstrueux.

Stéphane Blanquet au milieu de ses œuvres, à la Halle St Pierre
Stéphane Blanquet au milieu de ses œuvres, à la Halle St Pierre
L'équipe de Mauvais Genres entourant Stéphane Blanquet
L'équipe de Mauvais Genres entourant Stéphane Blanquet Crédits : Frédéric Pillier

La chronique de Christophe Bier

Esparbec, mort d'un pornographe

Début juillet, dans l’indifférence générale du monde littéraire, malgré l’annonce de son éditeur à l’AFP, Georges Pailler est mort. Sous le nom d’Esparbec (1933-2020), il fut sans doute le plus important des pornographes des années 1990-2020, contribuant au renouveau des romans de gare pornographiques grâce au label Media 1000 et aux collections des « Confessions érotiques » et des « Interdits », ainsi qu’à sa saga des Darling. 

Sous le label de La Musardine, il publia de nombreux romans qu’il mettait un point d’honneur à qualifier de « pornographiques ». Deux titres majeurs parmi d’autres : Le Pornographe et ses modèles et La Pharmacienne. Pour lui, la pornographie était une question de vice, de souillure et d’un vertige quasiment métaphysique. C’était aussi et avant tout une question littéraire.

Gérard Pailler, dit Esparbec
Gérard Pailler, dit Esparbec Crédits : La Musardine
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......