LE DIRECT
Danse macabre, 1493

Danse avec les morts : rencontre avec Bruce Bégout

59 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, Mauvais Genres reçoit l'écrivain et philosophe Bruce Bégout

Danse macabre, 1493
Danse macabre, 1493 Crédits : Michael Wolgemut

Quatrième volet d'une tétralogie romanesque consacré, par Bruce Bégout, au néo-gothique contemporain (Sphex, Le Park, l'Accumulation primitive des noirceurs), On ne dormira jamais (aux éditions Allia) nous conte, porté par une verve noire inouïe et un style au laser, la greffe quotidienne, nocturne et clandestine d'un dancing dans une morgue, un partenariat vertigineux que perturbera néanmoins une dure épidémie de "mal jaune", submergeant par l'afflux des morts le calme du ballroom macabre.

Une réflexion sur les noces barbares des corps, de la mort et de l'espace, du monde social et de ce qui en fait tanguer les certitudes et les limites.

Avec la collaboration, pour cette émission, de Céline du Chéné et Christophe Bier

L I V R E : "On ne dormira jamais", de Bruce Bégout - Editions Allia

On ne dormira jamais // Bruce Bégout
On ne dormira jamais // Bruce Bégout Crédits : Editions Allia

''C’était sinistre et beau à la fois. Mais, au fond, j’aimais ma vie souterraine. J’y trouvais une sécurité et une température constante. Sous terre, j’avais l’impression de vivre dans un lieu à part dont je contrôlais tous les paramètres. Je n’étais plus exposé au monde, à ses intempéries, à ses imprévus. Dans ma chambre au quatrième sous-sol, je jouissais d’une tranquillité totale. Je ne comprenais d’ailleurs pas pourquoi les hommes avaient abandonné les habitations souterraines pour se répandre sur terre. Quelle raison avaient-ils de s’exposer ainsi ?''

À tout moment, le bizarre peut fissurer la réalité quotidienne. C’est ce que découvre le directeur de L’Hôtel, un institut médico-légal, en acceptant une étrange proposition : abriter dans sa morgue un club clandestin.

Aux frontières de la ville, dans ce lieu immense et déroutant, commence alors la lente dépravation de son institution et le récit de son propre effondrement mental. Joie, quête de divertissement, oubli et angoisse cohabitent dans la chambre froide. Les limites s’estompent entre mort et vivant, humain et animal. Quand, au dehors, le ‘‘mal jaune’’ s’abat sur la ville et se propage, les cadavres s’amoncellent à L’Hôtel. Ajoutez des meurtres et quelques lapins nains : que la fête (des morts) commence !

Avec ce roman d’anticipation sociale baroque, Bruce Bégout nous entraîne au bout d’une décomposition totale : celle des corps, des identités et du récit. Car dans ce conte philosophique macabre, c’est bien la Mort, celle que l’on nie et refoule à la frontière de la ville, qui règne en grande maîtresse des métamorphoses. - présentation de l'éditeur -

La chronique de Chirstophe Bier

BIZARRERIES, VOUS AVEZ DIT BIZARRERIES ?

Edition intégrale en volume cartonné de toutes les histoires courtes érotiques de Roberto Baldazzini. Transgenres, fétichismes, lingeries, sexe bizarre. De nombreux récits inédits en France.

Bizzareries // Roberto Baldazzini
Bizzareries // Roberto Baldazzini Crédits : Editions Delcourt

Bizarreries, de Roberto Baldazzini, aux Editions Delcourt

La chronique de Céline du Chéné

L'Encyclopédie pratique des mauvais genres sera consacrée à L’esprit français, Contre-cultures, 1969-1989, une exposition collective et thématique conçue par les commissaires Guillaume Désanges et François Piron.

L’esprit français, Contre-cultures, 1969-1989
L’esprit français, Contre-cultures, 1969-1989 Crédits : La Maison rouge

A voir en ce moment à la [Maison Rouge](http:// www.lamaisonrouge.org) à Paris jusqu'au 21 mai 2017.

Intervenants
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......