LE DIRECT

Polar : Muller, Manchette

1h
À retrouver dans l'émission

Une émission avec Jean-Yves Bochet et Christine Gomariz -Jean-Patrick MANCHETTE, Journal (1966- 1974), Ed. Gallimard De 1966 à sa mort en 1995, JP Manchette a tenu régulièrement son journal. En une trentaine d'années il a noirci ainsi vingt cahiers, représentant environ cinq mille pages manuscrites entrecoupées d'articles et de photos découpés dans la presse. Ce premier volume regroupe les années de galère où Manchette décide de vivre de son écriture. Entre travaux de "nègre", traductions, romans érotiques et écriture de scénarios pour Max Pecas, il tente de publier ses romans noirs que la Série Noire finira par accepter au débute des années 70. Sans arrêt en train de chercher trois sous pour mettre bout à bout, il passe son temps à repousser les limites de l'épuisement et à juger très sévèrement son époque. Quelques pages sur Mai 68 entourent cette appréciation "L'émeute matée, le bon côté reprend le dessus, et surtout chez les étudiants, tous cons, accumulant en eux une extraordinaire quantité de tares, du simple fait qu'ils sont des étudiants. " Seul le situationnisme et Guy Debord trouvent un semblant de grâce à ses yeux. L'époque est cinéphile et Manchette n'y échappe pas, voyant jusqu'à quatre films par jour et les recensant dans son journal, en y adjoignant des commentaires sévères et laconiques. Le cinéma de Jean-Pierre Melville est ainsi qualifié d'abject tandis que celui de Jacques Demy pue. Dés 1968, il a l'idée de Ô Dingos, ô chateaux, qu'il n'écrira que trois ans plus tard et en 1971, il commence à penser à un personnage récurrent de roman, (...) je réfléchis à un personnage de détective privé miteux, ancien gendarme devenu anarchiste tolstoïen non violent après avoir descendu sans le vouloir un manifestant. Ce personnage deviendra le gendarme Tarpon, héros bien malgré lui de "Que d'os" et "Morgue pleine". - Eddie MULLLER, Shadow Boxer, Ed. Fayard, coll. Fayard Noir, trad. de Patrice Carrer Après Mister Boxe, où l'on découvrait Billy Nichols, journaliste sportif, spécialiste de la boxe à San-Francisco en 1948, un livre hommage à la fois au roman et au film noir, Eddie Muller continue les aventures de Billy Nichols avec Shadow Boxer qui vient de sortir aux Editions Fayard. Ce deuxième opus reprend les personnages quelques mois après la fin de Mister Boxe. Billy Nichols tente de reprendre une vie normale, mais les évènements décrits dans le premier roman n'ont pas tous trouvé une conclusion satisfaisante et le journaliste, pour tenter de mettre une touche finale à cette histoire tragique, va se retrouver mêlé aux exactions sordides des milieux d'affaires de San-Francisco. Délaissant un peu le milieu de la boxe, le roman se balade dans les quartiers chics de la ville qui recèlent des secrets tout aussi crapoteux. On découvre dans Shadow Boxer, un beau personnage féminin, Virginia Wagner, petite femme au caractère bien trempé, qui va se battre aux côtés de Billy Nichols, avec détermination et hargne, pour découvrir la vérité. A l'occasion de la parution en France de son deuxième roman, nous avons rencontré Eddie Muller, qui a évoqué entre autres, la figure de son père, journaliste sportif, qui, a servi de base au personnage de Billy Nichols, les grands romans sur la boxe et sa conception du film noir. -Revue Lunatique n° 78-79, Ed. Eons Cette excellente revue, dédié aux univers de l'imaginaire et dirigé par Jean-Pierre Fontana, consacre un numéro spécial à notre ami et collaborateur Jean-Pierre Bouyxou, avec un dossier très conséquent, constitué d'un important entretien avec Jean-Pierre Bouyxou, riche de nombreuses anecdotes sur ses multiples vies au service du genre, complété de multiples contributions dont celles de Noêl Godin, Jean-Pierre Dionnet, Nicole Brenez, Christophe Bier, Jean Rollin, Jacques Goimard ou bien encore Brigitte Lahaie, et agrémenté d'une biblio-filmographie impressionnante.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......