LE DIRECT

Questions existentielles dans la «société collaborative»

59 min

C’est un mouvement hétéroclite qui prend forme depuis quelques années sous le vocable de société collaborative et dont l’un des principes consiste à considérer la valeur d’usage avant de la valeur de propriété. Son énergie n’est ni pétrole, ni l’électricité mais les gens, les usagers, qu’ils travaillent dans des fab-labs ou qu’ils utilisent des plateformes internet pour vendre, acheter, louer ou échanger.

Parmi les pionniers de ceux qui pensent et promeuvent ces nouveaux paradigmes, se comptent bien entendu divers courants d’acteurs qui font tous le constat que la révolution digitale, alliée à un changement des mentalités, conduit à une nouvelle forme d’organisation de l’économie et de la société, et que celle-ci s’opère par le regroupement d’individus autonomes plutôt qu’au sein des cadres traditionnels que sont les partis, les syndicats, les entreprises hiérarchisées ou tout simplement l’Etat.

La France est une terre d’émergence de cette pensée collaborative, notamment depuis que le collectif Ouishare s’est emparé de cette question il y a de cela trois ans, et qu’il organise depuis, chaque année, le festival Ouishare Fest, afin de regrouper toutes les personnes intéressées par ces nouveaux modes d’organisation. Nous faisons aujourd’hui un point sur les problématiques créées par cette évolution.

http://ouishare.net/fr

Diana Fillipova ; Nicolas Colin
Diana Fillipova ; Nicolas Colin Crédits : JC Francis - Radio France

Avec :

Nicolas Colin , spécialiste de l'économie numérique, co-auteur de "L'âge de la multitude"

Diana Filippova , connector à OuiShare

Reportage avec Arthur de Grave , rédacteur en chef du magazine OuiShare


Commentaire de Viscuso :

Bonjour,

Au Moyen-Age il existait également une économie collaborative.

Au sein des communautés paysannes qui mutualisaient leur matièrespremières (bois (forêt), eau, certain sols (fourrage), etc.) au sein deleur paroisse.

De même, ils mutualisaient leur force, savoir-faire pour réaliser destravaux d'intérêts communs.

Il existait également des confréries, corporations, qui mutualisaient desénergies chez les artisans, commerçants, etc.

Enfin, ce modèle a été repris à l'aube de l'industrialisation avec lesdébuts de l'industrialisation en France, avec des artisans (les tisserandspar exemple) qui formaient une "entreprise", un regroupement de leurproduction, mais chacun produisait chez soi et à son rythme.

Ces modèles pourraient être adaptés à notre époque.


Intervenants
  • Co-fondatrice de OuiShare, think tank de l'économie collaborative
  • ingénieur, inspecteur des finances et entrepreneur, spécialiste de l'économie numérique
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......