LE DIRECT

De l'enfer au paradis fiscal

2 min
À retrouver dans l'émission

Si vous êtes imposés sur le revenu, vous devez savoir que avez jusqu’à mercredi prochain pour vous acquittez du versement du solde de votre contribution.Les impôts ont-ils augmenté cette année ?La polémique a fait rage ces dernières semaines.A la fin du mois dernier, le Premier ministre assurait qu’à revenu constant seul un Français sur 10 seulement serait cette année concerné par une augmentation de la fiscalité. Au même moment, le président UMP de la commission des Finances, Gilles Carrez, affirmait que "la pause fiscale était « un mirage ». La bataille de chiffres a pris un tour aigüe. Et s’est traduite par une inflation verbale, cette fois incontestable. Le ministre de l’économie a commencé par parler du « ras le bol fiscal » qui aurait atteint les Français. Et les sondages ont été appelés à la rescousse. Une enquête de l’institut CSA révélait qu’une écrasante majorité des Français, de droite comme de gauche et toutes catégories sociales confondues, partageait « le ras-le-bol fiscal » évoqué Pierre Moscovici. La droite, elle, dénonçait le matraquage fiscal. A propos de la taxe écologique, Le Front National est allé un peu plus loin en parlant de « coup de massue fiscal », tandis qu’en Italie Silvio Berlusconi ordonnait à ses ministres de "stopper le bombardement fiscal qui mettrait à genoux les familles et les entreprises" italiennes. A la dernière université du Medef, le ton est encore monté d’un cran. Un atelier posait la question : la France enfer fiscal ? Ce à quoi l’'économiste Nicolas Baverez répondait que "notre fiscalité infernale avait un rôle clef dans le décrochage de notre pays».Le thème de la fiscalité emprunte volontiers au vocabulaire théologique. Car en face de l’enfer fiscal on trouve bien sûr les paradis fiscaux. A propos desquels un récent rapport parlementaire affirme qu’ils entraîneraient un manque à gagner de 60 à 80 milliards d’euros chaque année pour le budget de la France.Pourquoi l’impôt serait-il un enfer ?Pourquoi y échapper conduirait-il au paradis ?L’impôt est la part prélevée à chacun dans l’intérêt de tous. C’est ce que le particulier reverse au collectif.La question devrait faire l’objet d’un arbitrage raisonné.Or l’empoignade est passionnelle.Le recours aux termes religieux, sans même en avoir conscience, nous renseigne sur notre sens des valeurs. Nous n’acceptons plus l’idée que notre existence individuelle puisse aussi dépendre de notre appartenance à une collectivité.Et nous disons donc : l’impôt c’est les autres.Albert Jacquard soutenait, lui, que :« Les autres ne sont pas notre enfer parce qu'ils sont les autres ; ils créent notre enfer lorsqu'ils n'acceptent pas d'entrer en relation avec nous. »

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......