LE DIRECT

Femen

2 min
À retrouver dans l'émission

Elles disent avoir choisi le mot « Femen » parce que « cela sonnait bien ».

Sans savoir sans doute qu’en latin, il signifie une « cuisse ».

En Français le terme Femen a d’ailleurs été conservé pour désigner en anatomie la zone allant de la hanche au genou. Par métonymie, il peut évoquer les organes génitaux.

Pourtant ce n’est pas d’abord leurs cuisses que les Femen exposent mais leur poitrine. Leur logo : la lettre cyrillique qui correspond au F dont la forme évoque une poitrine féminine.

Mais leurs corps dénudés n’est pas une fin en soi. Il est utilisé comme support à un mot d’ordre : en grosses lettres noires, les Femen inscrivent sur leur poitrine un slogan bien frappé qui varie en fonction de l’action conduite.

D’où la devise des Femen : mon corps, mon arme.

En avril dernier cinq activistes manifestèrent devant la grande mosquée de Bruxelles avec sur le corps l’inscription « fuck your morals ».

En juin, devant l’ambassade d’Arabie saoudite à Kiev, elles dénonçaient l’interdiction de conduire faites aux femmes dans ce pays avec le slogan : « cars for women, camels for men » (des voitures pour les femmes, des chameaux pour les hommes)

Neuf d’entre elles sont jugées ce mois-ci en France pour des dégradations sur une cloche de la cathédrale Notre-Dame de Paris, alors qu'elles avaient pénétré seins nus dans l'édifice le jour de la démission de Benoit 16 avec sur le torse l’inscription « Bye Bye Benoit » et « no more pope ».

Il y a quelques jours, des élus, des citoyens et des responsables religieux ont lancé une pétition contre le fait qu'un timbre s'inspire des traits d'une Femen.

Fondée en 2008, par un groupe de quatre ukrainienne, les Femen affirment incarner un nouveau féminisme nouveau, radical et spectaculaire.

Elles ont depuis fait des émules dans de nombreux pays.

Voici comment elles définissent leur idéologie : « Nous vivons dans un monde d’occupation masculine dans lequel la femme est une esclave privée de tout droit de propriété et, en particulier, du droit de propriété sur son propre corps (…)

Le contrôle total du corps de la femme est le principal instrument de son oppression. La nudité féminine, libérée du système patriarcal, devient fossoyeuse de ce système. »

Elles ont baptisé leur action : « le sextrémisme ».

Une arme supposée saper les fondements de la culture patriarcale.

Quoiqu’on puisse trouver le procédé grossier, il recèle une certaine efficacité.

En faisant parler leur corps, les Femen prennent en défaut le regard des hommes qui voudraient n’y voir qu’un objet.

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......