LE DIRECT

SANCTUARISER

2 min
À retrouver dans l'émission

« Sanctuariser » l’école…

Telle fut donc la réponse du gouvernement à l’affaire Léonarda.

Sanctuariser, pour qu’il ne soit plus possible qu’un élève soit remis à la police pendant le temps scolaire ou ses extensions.

« Sanctuariser » signifie rendre « saint », autrement dit mettre à part, à l’écart du reste du monde.

Dans un sanctuaire, les lois communes ne s’appliquent plus.

C’est un lieu réservé, préservé.

Le sanctuaire que les Hébreux transportaient dans le désert avait vocation à accueillir la présence divine. Ce n’était donc pas un lieu pour l’homme.

Juste une place pour Dieu dans le monde.

Et puis le mot s’est laïcisé.

L’idée de sanctuariser l’école est ancienne. Pour Emile Durkheim : c'est parce qu'elle remplace l'Eglise que l’école est pensée comme un sanctuaire et que ceux qui y enseignent forment un clergé."

Pour le fondateur de la sociologie, l’« être individuel » pouvait se muer, grâce à l’éducation, en « être social ».

L’école a donc mission de faire société.

Elle est, à ce titre le creuset d’une citoyenneté à la française.

Mais l’école est-elle encore un sanctuaire à l’écart des affaires du monde ?

Le jour même ou le ministre de l’Education parlait de sanctuariser l’école, il installait un conseil destiné à dynamiser les relations entre l’école et le monde économique : le Conseil national « éducation économie ».

Présidé par l’ancien patron d’Air France-KLM Jean-Cyril Spinetta, ce conseil comporte 27 membres, dont cinq chefs d’entreprise, cinq représentants des employeurs, dont le président du Medef Pierre Gattaz, des secrétaires généraux de syndicats, des représentants de syndicats d’enseignants, des directeurs d’administration et deux présidents de régions.

Ce conseil est «chargé d’animer une réflexion prospective sur l’articulation entre le système éducatif et les besoins du monde économique» de même qu’un «dialogue permanent sur la relation entre l’éducation, l’économie et l’emploi».

Que viennent faire les entreprises dans le sanctuaire de l’éducation ?

Cela montre que la sanctuarisation proclamée de l’école n’est plus aujourd’hui que policière.

Elle ne garde du terme sanctuaire que son sens dérivé : être un asile, un refuge.

Et la demi-mesure annoncée par le chef de l’Etat ajoute un péril à l’injustice.

Dorénavant les étrangers seront a priori soupçonnés de mettre leurs enfants à l’école dans le seul but de ne pas être expulser.

L’école deviendra un refuge où l’on se cache.

Plutôt que d’être un lieu où l’on s’expose dans le but de s’élever.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......