LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Collection de vaisselle traditionnelle japonaise de Ryōko Sekiguchi

Salon du Livre : Les saveurs cachées dans l'ombre de Tanizaki

29 min
À retrouver dans l'émission

Un pique nique dans l'ombre de Tanizaki orchestré par Ryōko Sekiguchi.

Collection de vaisselle traditionnelle japonaise de Ryōko Sekiguchi
Collection de vaisselle traditionnelle japonaise de Ryōko Sekiguchi Crédits : D. Abgrall - Radio France

La saveur des aliments nimbés dans la laque ou cachés dans une boîte, la fraîcheur de la porcelaine ou la froideur de l'étain tous feux éteints et l'étreinte de la flamme d'une bougie qui éclaire le plat juste comme il faut. Le grésillement du bol de soupe prisonnier de son couvercle. La lumière de Tōkyō et celle plus tamisée de Kyôto. Ryōko nous fait déguster le yôkan et kakinoha-zushi, la sensualité - femme-cuisine chez Tanizaki.

Assiette  en laque, dorée en son centre, collection personnelle de Ryōko Sekiguchi
Assiette en laque, dorée en son centre, collection personnelle de Ryōko Sekiguchi Crédits : D.Abgrall - Radio France

Pour que les choses brillent, surgissent dans le noir, il faut plusieurs couleurs différentes, cette assiette noire avec un cercle doré en laque par exemple, il faut l'imaginer sous une lumière tamisée, cette couleur dorée reflète la lumière de la bougie qui brille sur votre assiette. Ryōko Sekiguchi

Boite à bento (Jûbako), collection personnelle de Ryōko Sekiguchi
Boite à bento (Jûbako), collection personnelle de Ryōko Sekiguchi Crédits : D. Abgrall - Radio France

Et la couleur de peau du yôkan devient plus méditative encore quand celui-ci est dressé dans un plat couvert, en laque, dans la pénombre de laquelle il se distinguera à peine. Lorsqu'on porte en bouche cette chose fraîche et lisse, c'est comme si la pénombre de la pièce entière se transformait en une masse de douceur fondant sous la langue, et quand bien même le yôkan, ne serait pas si bon que cela, sa saveur touche à une sensation de profondeur presque extra-ordinaire. Junichirô Tanizaki Louange de l'ombre

Laques, collection personnelle de Ryōko Sekiguchi
Laques, collection personnelle de Ryōko Sekiguchi Crédits : D. Abgrall - Radio France

Lorsque, me tenant devant un bol de soupe, je laisse le chuintement à peine perceptible du bol imprégner mes oreilles comme les stridulations d'un insecte dans le lointain, je savoure à l'avance le goût de ce que je suis sur le point d'avaler sans ouvrir encore et je suis au bord de l'extase. Cette sensation doit être proche de l'oubli de soi que les pratiquants de la cérémonie du thé connaissent quand le son de l'eau frémissante fait chevaucher leur imagination sur le vent caressant les pins d'Onoe. On dit que la cuisine japonaise ne se mange pas, elle se regarde ; pour ma part, plutôt que regardée, je dirais que la cuisine japonaise est faite pour être méditée. Et cela vient de la musique silencieuse que composent ensemble la lueur de la chandelle et la laque du bol. Junichirô Tanizaki Louange de l'ombre

A réécouter ou à télécharger

"O-bon", banquet des fantômes

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......