LE DIRECT
Carte du monde en 1492.

Histoire du grand partage du monde : l’Europe et ses ailleurs

57 min
À retrouver dans l'émission

Dans « Nos Géographies », ce soir, nous remontons les siècles jusqu’au Moyen Âge et même bien plus tôt, dans l’Antiquité, avec le géographe Christian Grataloup.

Carte du monde en 1492.
Carte du monde en 1492. Crédits : © JLGutierrez / Coll. E+ - Getty

Pour remonter les siècles, nous détaillons les fresques, les sculptures  et les tableaux et surtout nous nous penchons sur les cartes terrestres et marines pour découvrir l’étonnante invention des continents et des océans, de part et d’autre de lignes imaginaires. Un vaste découpage, qui ne doit rien au hasard, des représentations imposées et soutenues au fil des découvertes par les nations dominantes, il leur a suffi de se placer au Centre. Vingt siècles ainsi. Qu’en est -il aujourd’hui, qu’en sera-t-il demain ? Nous sommes au carrefour de la géo-histoire et de la géopolitique et c’est un géographe qui nous guide Christian Grataloup.

Avec Christian Grataloup, géographe, Professeur émérite à l’université Paris-Diderot (aujourd’hui Université de Paris) et Sciences Po Paris.

La question de ce qu'est être européen aujourd'hui, met en jeu l'ensemble des découpages. C'est une question géopolitique : les traités européens - et l'Union européenne en particulier - affirment que tout pays européen peut être candidat, à condition de respecter un certain nombre de valeurs démocratiques, dites européennes. Cela pose problème car la notion de pays européen n'est nulle part définie. 

Au XVIe siècle se codifient les représentations iconiques. Les quatre parties du monde deviennent totalement codifiées et sont toujours représentées avec une nette supériorité de l'Europe : l'Europe est soit au centre, soit en haut. Il y a toujours cette position dominante. 

Il n'y a pas trois océans, il n'y a qu'une seule étendue liquide où il y a une circulation de l'eau. Dès le XVIIIe siècle, on peut, par convention, diviser ce seul océan et lui proposer plusieurs divisions : le Pacifique, l'Atlantique et l'Indien. 

La Chine n'a pas eu de projections outre-mer, c'est un territoire de très grande taille et ces projections n'étaient pas nécessaires et ne présentaient pas beaucoup d'intérêt. C'était davantage une curiosité, plus qu'une volonté impérialiste. 

L'Europe a imposé sa vision : c'est une vision qui refuse les différences et qui pense en termes de hiérarchie.

Pour en savoir plus 

La page Wikipédia de Christian Grataloup. 

Les publications de Christian Grataloup (site Cairn.info). 

Extraits sonores et lectures  

Lecture : L'Enquête, (Ve siècle av. J.-C.) d'Hérodote. 

Lecture : poème "Trois jours de Christophe Colomb", Les Messéniennes, Livre III (1835) par Casimir Delavigne. 

Chanson : "Les caravelles de Christophe Colomb" par Luis Mariano - Album : "100 chansons d'or" (2006) - Label : Parlophone France.  

Musique : "Les Indes galantes - Air de Huascar" (1735) par Jean-Philippe Rameau, interprétée par Aimery Lefèvre. 

Lecture : "Moby Dick" (1851) de Herman Melville. 

Chanson : "Crystal Frontier (Widescreen)" par Calexico - Album: Selections from ROAD ATLAS 1998-2011 (2011) - Label : City Slang. 

Lecture : préface de Tzetan Todorov dans L'orientalisme. L'Orient créé par l'Occident, (1978) de Edward Saïd, cité dans Invention des continents et des océans : histoire de la représentation du monde, de Christian Grataloup

Intervenants
  • Géographe, ancien professeur à l’université Paris-VII et à Sciences Po Paris, spécialiste de géohistoire.
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......