LE DIRECT
Les métropoles et leurs périphéries: une relation déséquilibrée ? Ci-dessus, le quartier financier de la Défense à Paris, vu depuis les hauteurs d’Argenteuil (Val-d’Oise).

Un Monde-Ville face aux crises planétaires : les métropoles et les autres

57 min
À retrouver dans l'émission

Quels modèles et gouvernances pour penser les villes de demain ? Comment résoudre les clivages entre métropoles et territoires périphériques ? "Nos géographies" discute ce soir des mondes urbains, bouleversés par les nombreuses crises.

Les métropoles et leurs périphéries: une relation déséquilibrée ? Ci-dessus, le quartier financier de la Défense à Paris, vu depuis les hauteurs d’Argenteuil (Val-d’Oise).
Les métropoles et leurs périphéries: une relation déséquilibrée ? Ci-dessus, le quartier financier de la Défense à Paris, vu depuis les hauteurs d’Argenteuil (Val-d’Oise). Crédits : © Philippe LEJEANVRE - Getty

Dans « Nos Géographies », nous parlons à nouveau des villes, et plus spécifiquement des métropoles, en France et ailleurs dans le monde. Une double occasion nous est offerte par la sortie d’un très riche Atlas des mondes urbains aux Presses de Sciences-Po et par la tenue ces 21 et 22 janvier, à Paris, d’un colloque sur les complémentarités entre les métropoles et les territoires qui les entourent. Sur leur devenir aussi, face aux défis qu’elles affrontent au XXIe siècle. Comme on peut en juger dans notre pays, avec la campagne de vaccinations, la crise sanitaire actuelle exacerbe les tensions entre l’Etat et les collectivités territoriales. Des tensions déjà présentes avec d’autres urgences, écologiques, économiques et sociétales, qui reflètent un ressentiment, bien partagé dans le monde, envers les métropoles. Accusées de soutenir un modèle dangereux pour les humains et la nature et de ne pas partager les richesses avec leur périphérie, elles sont invitées à trouver des complémentarités et à renforcer les liens avec leurs territoires élargis, villes - petites et moyennes - et  campagnes, pour écrire avec eux un « nouveau récit urbain ».

Avec, Marie-Christine Jaillet, directrice de recherche au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) du CNRS à l'Université Toulouse-Jean Jaurès.

Eric Verdeil, chercheur au CERI (CEntre de Recherches Internationales), enseignant à l’Ecole urbaine de Sciences-Po et auteur de l'Atlas des mondes urbains.

Et Benoit Martin, membre de l'atelier de cartographie de Sciences-Po qui a réalisé, les très nombreuses cartes, graphiques, schémas pour illustrer l’Atlas.

Pratiquement trois humains sur quatre vivent dans des villes ou dans des établissements humains qui s'apparentent à des villes. La vision qu'on a de l'urbanisation est souvent minorée : c'est parce qu'on ne prend pas bien en compte un ensemble de petits établissements humains que l'on peut qualifier de ville (...). Il est important de retenir que l'urbain est un continuum des plus petites villes, jusqu'aux plus grandes. Eric Verdeil  

Le registre sémantique est en train de changer. On parle de métropole inclusive, hospitalière, de métropole plus sobre, résiliente. On parle de l'humanisation et de l'habitabilité des métropoles :  l'enjeu pour les métropoles de demain, c'est de porter une attention plus grande au vécu ou aux attentes des citoyens qui revendiquent d'être associés à la fabrique métropolitaine. Marie-Christine Jaillet

(À propos de l'"Atlas des mondes urbains") L'objet Atlas montre une unicité et une certaine épaisseur : c'est important de considérer que toutes les images que l'on produit ne se valent pas. Si on ne mettait qu'un seul type de cartes cela serait lassant. Mais c'est important car certains phénomènes sont plus idéalement montrés à travers des cartes (...). La carte permet à la fois d'embrasser un panorama mondial et de se focaliser sur un cas particulier. Benoît Martin

On voit une montée en puissance du gouvernement des villes contre l'Etat. Dans la crise, on a vu la revendication des élus locaux à pouvoir disposer davantage de libertés pour organiser des réponses. Marie-Christine Jaillet

Les métropoles ont toutes un travail d'introspection et d'analyse à faire pour mettre à jour leurs vulnérabilités. Toutes les villes n'ont pas les mêmes fragilités : elles doivent faire un travail d'intelligence sur elles-mêmes pour se connaître mieux qu'elles ne se connaissent aujourd'hui. (...) Un des premiers défis de la période post-Covid, c'est de se connaître soi-même. Eric Verdeil

Pour en savoir plus 

Diffusion en direct du colloque "Pour des métropoles résilientes : métropoles en transitions cherchent trajectoires territoriales" les 21 et 22 janvier 2021. (site de la plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines)

"Repenser la géographie économique", le rapport sur le développement dans le monde (cité dans l'émission) de la Banque Mondiale en 2009 (site Cairn.info). 

L'article "Richesse et développement des territoires" (cité dans l'émission) de Magali Talandier, dans la revue Pour, 2008 (site Cairn.info). 

Sur Marie-Christine Jaillet 

Sa page sur le site de l'Institut des Hautes Etudes d'Aménagement du Territoire.
Ses publications sur le site du Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires.  

Sur Eric Verdeil

Sa page sur le site du Centre de recherches internationales de Sciences Po.
Ses publications sur le site Cairn.info

Sur Benoît Martin 

Le site de l'Atelier de cartographie de Sciences Po.
Son CV sur le site de Sciences Po

Extraits sonores et lectures 

> Patrick Modiano, discours du prix Nobel - de littérature (2015).

Bien sûr, depuis cinquante ans, c’est-à-dire l’époque où les adolescents de mon âge éprouvaient des sensations très fortes en découvrant leur ville, celles-ci ont changé. Quelques-unes, en Amérique et dans ce qu’on appelait le tiers-monde, sont devenues des “mégapoles” aux dimensions inquiétantes. Leurs habitants y sont cloisonnés dans des quartiers souvent à l’abandon, et dans un climat de guerre sociale. Les bidonvilles sont de plus en plus nombreux et de plus en plus tentaculaires. Jusqu’au XXe siècle, les romanciers gardaient une vision en quelque sorte romantique de la ville, pas si différente de celle de Dickens ou de Baudelaire. Et c’est pourquoi j’aimerais savoir comment les romanciers de l’avenir évoqueront ces gigantesques concentrations urbaines dans des œuvres de fiction.

> Christos Chryssopoulos, Une lampe entre les dents (Ed. Actes Sud, 2013) - traduction française : Anne-Laure Brisac.

Sur les transformations d’Athènes

On dirait que la ville s’est retournée sur elle-même comme on retourne une chaussette. Tout ce qui autrefois avait sa place à l’abri des regards, tout ce qui restait caché - ou plus exactement privé - entre les quatre murs des habitations est aujourd’hui livré en pâture au milieu de la rue, au vu et au su de tous. (…) La réalité qui nous entoure se métamorphose en un musée/une vitrine de magasin d’un genre bien particulier. Le sort en est jeté : la ville elle-même devient un objet d’exposition. Et du coup, elle prend des airs supérieurs (elle sélectionne, elle exclut), elle cherche à donner l’illusion d’une vérité transcendante. Qu’est-ce à dire ? Qu’Athènes n’a jamais appris l’art de grandir avec grâce. Elle invente jour après jour son présent en jetant aux ordures ce qui hier faisait son succès.

> Extraits : L’urbanité, un genre littéraire. Regard sur quatre romans et trois essais contemporains Article de Catherine Bernié-Boissard (Décembre 2015).

Bibliographie

.

Atlas des mondes urbainsEric VerdeilPresses de Sciences Po, Paris, 2020

Intervenants
  • Directrice de recherche au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) du CNRS à l'Université Toulouse-Jean Jaurès.
  • Chercheur au CERI (CEntre de Recherches Internationales), enseignant à l’Ecole urbaine de Sciences-Po.
  • Membre de l'atelier de cartographie de Sciences-Po.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......