LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Population mondiale : quand la géographie s'en mêle

58 min
À retrouver dans l'émission

La population mondiale vue par la géographie, c'est ce soir dans Nos Géographies, en compagnie du géographe Gérard-François Dumont et de Marie Verdier, journaliste au service Monde du quotidien La Croix, en partenariat avec France Culture.

.
. Crédits : © John Lund / Coll. Stone - Getty

Nous parlons ce soir de démographie mondiale et plus précisément de géographie des populations, ce qui n’est pas tout à fait la même chose comme va nous le démontrer notre invité Gérard-François Dumont, géographe, économiste et démographe, recteur, professeur à l’université Paris-IV-Sorbonne, directeur de la revue Population & Avenir. Nous partirons de trois concepts bien connus des démographes :  la « transition démographique », déjà effectuée ou en cours dans la grande majorité des pays, la « transition urbaine », ou la migration accélérée des habitants des zones rurales vers les villes-mégapoles et le « vieillissement de la population », phénomène d’ampleur, mais récent dans la longue histoire de l’humanité. Et bien sûr, à l’abri de cette science du nombre et du long terme qu’est la démographie, nous porterons loin notre regard vers l’avenir, un demi-siècle est une distance raisonnable.

Combien serons-nous alors ? La question est lancinante, elle a occupé et inquiété tout le XXe siècle, elle reste cruciale, encore avivée par la dégradation de l’environnement. Les calculs se sont affinés, on est loin des prévisions catastrophistes du siècle passé mais la mondialisation est passée par là, effaçant la symbolique de la différenciation,  tout est dans l’Un, tous dans la même direction.  A-t-on assez pris la mesure des  attitudes et des divergences considérables entre régions du monde ? 

Nous sommes aujourd'hui en partenariat avec le quotidien La Croix, qui consacre une semaine spéciale à l’état de la population mondiale, nous posons la question à Marie Verdier, journaliste au service monde du journal La Croix. Trois semaines spéciales, en partenariat avec France Culture. Elle est en charge pour cette première semaine de la question suivante : « Trop nombreux ou pas assez : une planète écartelée ». 

Dossier "Démographie, où va le monde ?" proposé par le journal La Croix.

Pendant toute l'histoire de l'humanité - avant la transition démographique - quand une famille avait quatre nouveaux nés, deux de ces nouveaux nés n'atteignaient jamais l'âge adulte. Ce qui est intéressant de noter, c'est que personne n'avait prévu une telle évolution. Personne n'avait imaginé qu'on puisse ainsi améliorer les taux de survie, augmenter l'espérance de vie grâce à l'ensemble des progrès qui ont été effectués. Gérard-François Dumont 

Les Chinois et les Chinoises n'ont pas forcément envie d'avoir beaucoup plus d'enfants aujourd'hui. Finalement, le problème de la Chine aujourd'hui, c'est le fait qu'elle vieillit très et trop vite pour avoir le temps de s'adapter. Les plus de 60 ans vont être multiplié par deux ans, ils vont passer de 15 à 30% de la population entre 2015 et 2040.Marie Verdier 

Je rappelle simplement que quand vous habitez Pékin, si vous avez la chance de voir le ciel bleu, regardez le bien parce que ça ne va pas durer longtemps, car vous avez un nuage de pollution au-dessus d'une ville comme Pékin ou comme Shanghaï qui dure pendant des semaines et des semaines ! Gérard-François Dumont

La capitale indienne de Delhi est appelée à devenir la première mégapole du monde dès 2028. Elle devrait atteindre à ce moment là à peu près 37 millions d'habitants.Marie Verdier 

Toutes les grandes religions étaient favorables à la fécondité. Pour une raison simple: si nos ancêtres n'avaient pas une fécondité suffisante, l'humanité aurait disparu compte tenu de ce qu'étaient les taux de mortalité des enfants, des adolescents et des mamans à l'époque. Donc, toutes les grandes religions étaient favorables à la fécondité. Ça a été un phénomène absolument général.Gérard-François Dumont 

Pour en savoir plus

La page de Gérard-François Dumont (site de la revue Population & Avenir, la revue des populations et des territoires).

La dernière revue  Population & Avenir n°750 de novembre-décembre 2020 avec au sommaire : • La créativité des territoires via la culture • Covid-19 : l’amorce d’une révolution géographique ? • La population des continents et des États : données et analyse • Les mutations des espaces productifs en France (pédagogie)

Les publications de Gérard-François Dumont (site Cairn.info). 

Article "L'immigration en Europe. Quelle évolution démographique ? Quelles dynamiques géographiques ? Quels facteurs géopolitiques ?" par Gérard-François Dumont (site Cairn.info). 

Article "La population de l'Union Européenne. Caractéristiques, prospective et enjeux géopolitiques" par Gérard-François Dumont (site Cairn.info). 

Article sur le site du journal La Croix, entretien du démographe Hervé Lebras par Marie Verdier

Extraits sonores et lectures 

Extrait : Archive de l'INA, René Dumont, discours sur l'explosion de la population, 1974. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extrait : Archive de l'INA, discours de l'écrivain René Barjavel, 1971. 

Archive choisie par Gérard-François Dumont : Alfred Sauvy, démographe et économiste, journal de 20h du 5 septembre 1974.

Chanson : "Love & Hate" par Michael Kiwanuka - Album : "Love & Hate" - Label : Polydor Records (2016). 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Être né quelque part 

Je suis né à la Souterraine, une très charmante ville de la Creuse. Etant tout jeune, j'ai regardé les chiffres démographiques et j'ai vu que ce département, qui avait 300 000 habitants à la fin du XIXe siècle, en avait moitié moins quand j'étais jeune. Pourquoi avait-il perdu la moitié de sa population ? C'est une question qui m'a trituré et m'a conduit à m'intéresser à la géographie des populations. Gérard-François Dumont

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......