LE DIRECT
Tramway sur la place de la Comédie à Montpellier

Transports, espaces, destinations : vers de nouvelles mobilités

57 min
À retrouver dans l'émission

Nous parlons, ce soir, de géographie des transports, une branche très étendue de la géographie, en compagnie d'Antoine Beyer, Gaële Lesteven et Sébastien Bourdin.

Tramway sur la place de la Comédie à Montpellier
Tramway sur la place de la Comédie à Montpellier Crédits : TRIPELON-JARRY/Gamma-Rapho - Getty

Il faudra y revenir puisqu’il peut s’agir aussi bien de mouvements de passagers et de marchandises, des modes de circulation, mais encore des infrastructures et des nouvelles mobilités, des espaces parcourus, de l'origine et de la destination des déplacements. Les transports jouent un rôle décisif dans l’aménagement de l’espace et dans la vie, voire la survie des groupes humains. Nous serions dès maintenant dans le temps de l'achèvement de l'urbanisation ? D'ici à 2050, le monde urbain aura englobé la très grande majorité des espaces de vie. Est-ce à dire que les 9 milliards d‘habitants attendus à cette date se déplaceront essentiellement en intra ou en interurbain ?  

Il sera donc question dans cette émission de métropolisation et de concentration urbaine, des moyens d’articuler ces zones denses entre elles, au risque de délaisser les autres et des manières, bonnes ou moins bonnes, d’en assurer la gouvernance. Pour décor, l’Europe, ce qui n’empêchera pas quelques échappées utiles vers d’autres grandes métropoles. 

Avec Antoine Beyer, professeur de géographie à l’Université de Cergy-Paris Université, Gaële Lesteven, chargée de recherche, Ecole des Ponts ParisTech (ENPC) et Sébastien Bourdin, professeur en géographie économique, département Economie, Territoires et Développement durable à l'École de management de Normandie. 

La géographie des transports, c'est l'analyse multiniveaux : on a à la fois les infrastructures, les circulations et les représentations qui sont liées. Maintenant, on parle davantage de géographie des transports et de la mobilité pour prendre en considération le point de vue des usagers. Auparavant, nous avions un objet qui était beaucoup plus centré sur la technique et sur les décideurs. Antoine Beyer

Dans la plupart des cas, les grosses infrastructures de transport ont permis de désenclaver des régions entières qui étaient économiquement peu développées. Mais il y a aussi des projets qui n'ont pas fonctionné et qui ont coûté très cher à l'Union européenne. Au sud de l'Italie, par exemple, dans la région Calabria, une autoroute de 400 km a été construite et a coûté 10 milliards d'euros venus de fonds européens. Elle a été commencé en 1960 et n'est toujours pas terminée ! Sébastien Bourdin 

Je travaille sur des questions d'expérimentation de véhicules autonomes qui se font en lien avec les territoires, mais aussi dans des logiques européennes. Il y a des discussions entre les différents pays, à différents projets, pour réfléchir à une politique européenne sur ces questions-là. Il faut utiliser l'infrastructure existante - notamment la route - et voir comment on peut la transformer et l'adapter à des technologies qui sont en cours de développement. Gaële Lesteven 

(A propos de la place accordée aux objectifs climatiques) Il y a des alternatives et des choses qui existent, mais, là encore, il n'y a pas de réelle politique. Les politiques restent encore ambiguës, notamment sur la place de la voiture dans les grandes villes, et c'est en particulier lié aux questions sur la qualité de l'air. Gaële Lesteven 

Dans le cas des métropoles régionales françaises, on voit bien l'effet "tramway" : on a essayé de distinguer l'apparence du tramway, son insertion et de lui donner une touche très locale. C'est un instrument très fort de l'urbanisation et de la reconquête de la ville, au sens plein du terme. On a bien un instrument technique, mais dans un projet politique et moins dans une perspective globale et désincarnée comme peut l'être un aéroport. Antoine Beyer 

Pendant longtemps, Le Havre a été dans le top 10 des ports européens, mais il est en train de se faire aspirer une grosse partie de son trafic conteneurs. Cela met en lumière l'importance d'avoir un arrière-pays bien développé en terme d'acheminements ferroviaires et de canaux. La bataille des ports se gagne sur la terre et sur les aménagements de transports et d'acheminements sur les ports. De ce point de vue là, on ne peut pas dire que Le Havre soit bien doté comparé à d'autres ports européens comme Anvers. Sébastien Bourdin 

Pour en savoir plus 

Antoine Beyer 

- Sa page et son CV (site Academia).
- Ses publications (site Cairn.info).

Gaële Lesteven 

- Sa page et ses publications de Gaële Lesteven (site du Laboratoire Ville Mobilité Transport).
- Son étude "Comment lutter contre la congestion automobile dans les grandes métropoles ?" (site du journal Le Moniteur).

Sébastien Bourdin 

- Sa page et ses publications sur son site internet.
- Son article, "La politique de cohésion pour 2021-2027 : vers une plus grande territorialisation ? " (cité dans l'émission) sur le site Géoconfluences.

Extraits sonores et lectures 

Extrait : Paul Virilio, spécialiste des circulations de la ville et de la vitesse, à propos de "l'outre-ville". 

Musique : "Trains and boats and planes" par Dionne Warwick - Album : Here where there is love (1966) - Label : Rhino. 

Lecture : L'usage du monde (1963), par Nicolas Bouvier

Être né quelque part 

Quand je vais sur mes terrains de recherche - des villes africaines par exemple - et que je rencontre des acteurs locaux, notamment institutionnels, il y a ce bagage qui vient avec moi : quelqu'un qui est né en France et ce n'est pas toujours facile. Il y a un travail à faire : se décentrer et essayer d'appréhender son objet d'étude différemment, essayer de comprendre comment ça se passe sur le terrain. Gaële Lesteven 

Être né quelque part, ça a du sens, ca fait référence à nos idées, nos identités propres. Souvent, quand on part en vacances, une des premières questions que l'on pose quand on rencontre quelqu'un c'est " tu viens d'où ?". Cela en dit long sur l'importance qu'on accorde à l'endroit où l'on est né. Sébastien Bourdin 

Je suis né en Alsace, je me suis toujours beaucoup intéressé à la diversité des territoires, à la manière dont les gens vivent et aux valeurs implicites qui sont dans ce territoire. La vallée du Rhin reste un de mes terrains de travail et d'enquête dans une perspective européenne. Les racines peuvent nourrir un imaginaire beaucoup plus large et être un moteur des recherches. Antoine Beyer 

Intervenants
  • Professeur de géographie à l’Université de Cergy-Paris Université.
  • Chargée de recherche, Ecole des Ponts ParisTech – ENPC.
  • Professeur en géographie économique département Economie, Territoires et Développement durable - École de management de Normandie
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......