LE DIRECT

Les enfants prodigieux : Alcide le caractériel

6 min
À retrouver dans l'émission

On se souvient qu’à cause de la jalousie de la déesse Héra, Alcide, le futur Héraclès, fils de Zeus, naquit assez longtemps après son jumeau Iphiclès, fils du roi mortel Amphitryon. Affolée, sa mère Alcmène préféré l’abandonner dans une prairie où Héra, abusée par la déesse Athéna, allaita ce bébé auquel elle voulait tant de mal. Le bébé Alcide fit comme le bébé Krishna : il téta si fort qu’il déchira le sein d’Héra. Elle le rejeta, le lait continua à jaillir et devint la Voie Lactée. Mais puisqu’elle avait fait couler son lait dans la bouche d’Alcide, il était immortel.

Furieuse- ça lui arrive souvent- Héra prépara sa vengeance. Huit mois plus tard, Alcide dormait à côté de son demi-frère mortel Iphiclès quand Héra expédia deux pythons pour étouffer les deux petits. Iphiclès hurla. Alcide se mit à rire et avec ses petits poings de bébé de huit mois, il tordit le cou des pythons, point final.

Vint le temps de la première éducation. Alcide eut de nombreux maîtres. Comme nombre de demi-dieux, il fut l’élève du bon Centaure Chiron, mais aussi celui de son père adoptif qui lui apprit comment conduire un char, celui de Rhadamante, fils de Zeus et d’Europe ( donc, son demi-frère) pour l’apprentissage du tir à l’arc.

Restait le plus dur pour le petit Alcide : l’apprentissage des lettres et de la musique. Son précepteur, Linos, était le fils d’une Muse, un grand joueur de lyre qui avait eu comme élève le musicien Orphée. On ne pouvait pas mieux choisir pour enseigner à un fils du dieu Zeus. Mais Alcide était très turbulent. Un jour, il se ramasse une claque qu’il n’a certainement pas volée. Alcide se fâche et d’un coup, tue Linos. Avec sa lyre, ou bien avec une pierre, avec un tabouret, peu importe, il le tue tout net. Le jeune enfant fut traîné au tribunal pour meurtre, mais comme il était prince, il fut acquitté.

Il était à peine adolescent quand son père adoptif, très inquiet du violent caractère de cet enfant de Zeus, en fit un gardien de troupeaux. C’était moins dangereux pour les hommes, mais pas pour le lion qui venait ravager le bétail dans la nuit.

Le jeune Alcide traqua le lion pendant cinquante nuits en se couchant au point du jour chez le roi Thespios, un voisin. Chaque nuit il trouvait dans son lit « la » fille de Thespios. Toujours la même ? Eh non. Comme il était brutal, indifférent, violent, il ne s’aperçut pas que les filles de Thespios changeaient chaque nuit. Or elles étaient cinquante. Alcide finit par tuer le lion et il eut cinquante fils des filles de Thespios…

A ces enfants-là, il ne fit rien. Mais aux autres…Caractériel, saisi d’accès de fureur incontrôlés, Alcide finit par tuer ses enfants adorés, ceux qu’il avait eus avec son épouse Mégara. Alors seulement, soumis à Héra, il prit pour expier son terrible crime le nom d’Héraclès. Bien plus tard, après s’être incendié tout entier, Héraclès retrouva sa persécutrice sur l’Olympe et là, se déroula une curieuse cérémonie. Par souci de réconciliation, Héra plaça la tête d’Héraclès entre ses cuisses pour simuler un accouchement, et lui donna pour épouse sa fille Hébé, déesse de l’éternelle jeunesse.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......