LE DIRECT
"Décris-Ravages", d'Adeline Rosenstein

Adeline Rosenstein : " Se poser sur scène et se dire : si moi je suis arrivée à démêler les fils, pourquoi pas vous ?

1h
À retrouver dans l'émission

L'artiste allemande francophone interroge la question palestinienne dans un spectacle intitulé "Décris-Ravage", en six volets. Joué du 4 au 9 avril au Théâtre de la Cité Internationale, il reprend du 25 mai au 3 juin prochain, au Théâtre Dijon-Bourgogne, dans le cadre du Festival "Théâtre en mai".

"Décris-Ravages", d'Adeline Rosenstein
"Décris-Ravages", d'Adeline Rosenstein Crédits : Serge Gutwirth

Essayer d’attraper cette jubilation-là. Un jour, quelqu’un se propose de nous expliquer quelque chose de très complexe. Elle, il, attrape une allumette, déchire un bout de papier, trace un trait au crayon, utilise des mots limpides, des mots que nous comprenons, fait se déplacer une abstraction dans de la matière tangible, la bouge, détricote un nœud du langage auquel plus personne n’aurait osé toucher, bref, l’éclaire. Essayer d’attraper cette joie primordiale liée au désir de comprendre qui se voit récompensée. La soif était vive, on nous donne de l’eau à boire. Voilà plusieurs années qu'Adeline Rosenstein fait ce geste avec sa série théâtrale Décris-Ravages, consacrée à la "Question palestinienne" - remontant bien en amont du 20ème siècle, et sans images. Ce travail se verra au Festival "Théâtre en mai", qui se déroule du 25 mai au 3 juin prochains, au Théâtre Dijon-Bourgogne. 

C'est sûr que d'avoir pris conscience un jour que j'avais grandi dans le mensonge m'a donné l'envie de mener une enquête. Mon point de départ, c'était directement des conversations avec des amis artistes, et en 2008-2009, pendant les bombardements de Gaza.

On était à Berlin, dans un milieu plutôt de gauche. Quand je voyais les réactions parfois cyniques par rapport à ce qui se passait à Gaza, j'ai fini par me mettre en colère. Il m'est apparu quelque chose comme une rupture, et ce moment m'a fait peur.  

On est tous au service d'une certaine vérité, et en même temps qu'on la recherche, on s'auto-critique beaucoup. Il faut faire tellement attention aux mots.

Programmation musicale :

  • Rodolphe Burger, The Shape on the ground
  • Générique de fin, Dorsaf Hamdani, Prière à Jerusalem
"Décris-ravages", d'Adeline Rosenstein
"Décris-ravages", d'Adeline Rosenstein Crédits : Serge Gutwirth

Site du Festival "Théâtre en mai"

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......