LE DIRECT
Albert Serra lors du festival de Cannes 2019

Albert Serra :" Sur les tournages, j'aime qu'il y ait une rébellion"

59 min
À retrouver dans l'émission

Le cinéaste catalan est de retour sur les écrans avec son dernier film "Liberté", prix spécial du jury dans la sélection Un certain regard lors du Festival de Cannes 2019. L'occasion d'évoquer son travail de montage, l'absence assumée de logique narrative et son plaisir à créer des images.

Albert Serra lors du festival de Cannes 2019
Albert Serra lors du festival de Cannes 2019 Crédits : Matt Winkelmeyer - Getty

Trois ans après la présentation à Cannes de La Mort de Louis XIV, Albert Serra  revient avec son nouveau film Liberté dans lequel il s’intéresse aux activités de quelques libertins qui se retrouvent, le temps d’une nuit, dans une forêt pour assouvir leurs fantasmes. 

Mon travail consiste à analyser tous les éléments, y compris les acteurs, pour profiter de leur qualité. Je ne demande jamais à un acteur de faire une chose pour laquelle il n’a pas de tendance naturelle."

"Liberté" d'Albert Serra (2019)
"Liberté" d'Albert Serra (2019) Crédits : Sophie Dulac Distribution

"Quand je fabrique un film, même pendant le montage, je n’ai aucune idée de la signification de ce que je suis en train de faire. Je ne fais jamais d’essais, le scénario je suis le seul à le connaître, je ne le donne jamais aux acteurs. Tout mon système est basé sur la non-communication avec les acteurs et les techniciens. C’est une performance où rien ne se répète, il y a une fatalité dans chaque moment d’enregistrement et dans le montage, c’est la même logique. Il y a des choses que j’aime pour des raisons très différentes et avec le monteur on essaie de créer un film cohérent uniquement avec les moments que j’aime, ce qui fait que je n’ai aucune idée de ce que le film va signifier : c’est comme un processus scientifique. Mon film porte un discours, mais je ne sais pas lequel, c’est mystérieux."

"Liberté" d'Albert Serra (2019)
"Liberté" d'Albert Serra (2019) Crédits : Sophie Dulac Distribution

"J’aime créer de la friction et du chaos, et même si je les imagine opaques, j’aime modifier les acteurs. Même les acteurs les plus sympas ont toujours un côté désagréable, et ce côté vaniteux peut être utile, et faire apparaître sur l’écran des choses qui n’apparaîtraient pas autrement. Ce qui est paradoxal, c’est qu’ils ont une opacité mais aussi une fragilité, et la seule façon que j’ai d’interférer c’est de les haïr. La seule chose qui me fait bouger et les modeler, même si je ne sais pas dans quelle direction, c’est la haine envers leur propre vanité. Ca génère une énergie spéciale qui se retrouve dans les images."

Archives

Robert Bresson, émission « Comme il vous plaira », France Culture, 1966

Annie Le Brun, émission « Nuits magnétiques », France Culture, 1986

Références musicales

Claire Diterzi, Tableau de chasse

Megumi Satsu, Tout est amour

Prise de son

Jean-Michel Bernod

Vous pouvez écouter et/ou podcaster cet entretien en cliquant sur le lien ci-dessus

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......