LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Alexander Nanau

Alexander Nanau : "J’ai voulu montrer qu’un système qui ne fonctionne pas peut vous tuer"

43 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec le cinéaste à l'occasion de la sortie de son documentaire "L’affaire collective", en salles le 15 septembre 2021.

Alexander Nanau
Alexander Nanau Crédits : Alex Galmeanu

Ça se passe le 30 octobre 2015, dans un night-club de Bucarest, alors que la musique métal délie les corps, les fait vibrer, quelques étincelles s’échappent du plafond et brûlent vive la jeunesse roumaine. L’incendie maîtrisé, on croit le danger éloigné, mais de nombreux rescapés meurent de bactéries contractées à l’hôpital. Après les cris, le silence des médias, les mensonges du gouvernement et la lutte des familles et des journalistes en quête de vérité.

Dans son documentaire L’affaire collective, Alexander Nanau poursuit la maladie qui vérole le système de santé roumain, ce mal intestin qui corrompt son pays, et qui produit ses propres tragédies.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits de l'entretien

Le film raconte l’après-incendie, c’est en fait une métaphore de la politique de la Roumanie, qui se prétend un pays démocratique, au service du peuple, alors que tout fonctionne par la corruption, ce qui fait que rien ne fonctionne correctement. Pour nous, cela a été un choc de découvrir les manipulations des médecins et des politiciens après l’incendie. Ils ont menti en prétendant pouvoir soigner les grands brûlés, alors qu’ils n’en étaient pas capables. Ils savaient que beaucoup de personnes allaient mourir en étant soignées dans des hôpitaux inadaptés. J’ai voulu filmer cette histoire, pour comprendre ce qui se passait dans cette société à l’époque. Nous avons donc décidé de suivre le journaliste, qui apparaît dans le film, et qui était le seul à enquêter sur le système de santé roumain. Alexander Nanau, cinéaste

Je pense que le rythme du film, qui est en quelque sorte celui d’un thriller - on oublierait presque qu’il s’agit d’un documentaire-, est lié avec ce que nous avons ressenti et la manière dont nous avons vécu les choses pendant que nous filmions. En fait, ça s’est passé comme dans un film : les journalistes découvraient quelque chose, et les hommes politiques utilisaient tout le pouvoir qu’ils avaient auprès des média pour attaquer ces journalistes, et couvrir un système complètement pourri. Malheureusement, c’est toujours le cas aujourd’hui. Alexander Nanau, cinéaste

Ce qui est important dans un film de ce genre, qui suit une enquête de presse, c’est qu’on ne peut pas manipuler les faits. Il y a l’enquête qui prouve, au fur et à mesure, tout ce qui se passe. Il faut donc comprimer le temps, mais on ne peut pas se permettre la moindre manipulation des faits à des fins dramaturgiques. Donc, la difficulté a été de compresser des mois et des mois d’enquête journalistique, en un film d’une heure et demie, tout en restant fidèle à la manière dont les choses s’étaient déroulées.  Alexander Nanau, cinéaste

Archive

Jean Rouch, émission Cinématographe, France Culture, 13/01/1976

Références musicales

Otis Taylor, Government lied

Madlib, Road of the lonely one

Traduction

Marguerite Capelle

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......