LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Tristesses", mise en scène par Anne Cécile Vandalem

Anne-Cécile Vandalem : "Les larmes peuvent être une prise de pouvoir sur l'autre"

1h
À retrouver dans l'émission

La metteuse en scène et actrice belge présente sa dernière pièce de théâtre "Tristesses" au Théâtre de l’Odéon jusqu’au 27 mai 2018. Elle en signe l’écriture, la conception artistique et scénographique.

"Tristesses", mise en scène par Anne Cécile Vandalem
"Tristesses", mise en scène par Anne Cécile Vandalem Crédits : ©PhileDeprez

On a servi d’exemple, et aujourd’hui encore, ils veulent qu’on serve d’exemple.

Dieu est mort. Les fraudeurs et les conseillers perfides en ont profité pour occuper son trône de juge suprême. Ce sont eux désormais qui décident de la fin des temps. "Tristesses", la pièce mise en scène par Anne Cécile Vandalem se déroule sur une petite île du Danemark, qui s’appelle Tristesse, une petite communauté de huit habitants vit sous nos yeux. On la voit survivre, puis se corrompre, et mourir. A la fin du spectacle, demeure chez le spectateur un trouble quant à ce qui vient de se dérouler sur le plateau de théâtre, et sur les écrans vidéos. On ne sait pas si l’on a vu un monde d’avant, appelé à disparaitre, ou un monde à venir, appelé à advenir.

Anne-Cécile Vandalem signe la mise en scène de Tristesses au théâtre de l’Odéon à Paris jusqu’au 27 mai. C’est le premier volet d’une trilogie sur la fin de l’humanité qu'elle monte avec la Das Fräulein Kompanie. Le second volet, Arctique sera joué au festival d’Avignon en juillet prochain. 

"Tristesses", mis en scène Anne Cécile Vandalem
"Tristesses", mis en scène Anne Cécile Vandalem Crédits : © Phile Deprez

Le Danemark était déclaré pour la troisième fois consécutive comme le pays dans lequel les gens sont les plus heureux au monde. Mais derrière cette image, les mouvements populistes sont implantés depuis très longtemps. Ce paradoxe entre ce bonheur et le rejet de l'autre qui m'intéressait.

Sans conflit il n'y a pas de vie. Il nous sépare autant qu'il nous unit.

Quand j'ai reçu le texte de Deleuze à lire, ça m'a fait l'effet de deux bras qui m'entourent et qui m'expliquent quelque chose sur quoi j'étais incapable de mettre des mots. Ça m'a consolé et éclairé sur les situations personnelles que je pouvais vivre. Son principe de ligne de joie et de tristesse c'est la première chose qu'un enfant devrait apprendre à l'école. Ça nous apprend à travailler la vie autrement.

Si j'écris des histoires c'est pour ne plus paniquer toute seule.

Anne Cécile Vandalem

Programmation musicale

  • Antony & The Johnson, Deeper than Love
  • Gorillaz, Fire coming out of the monkey's head
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......