LE DIRECT
Benoit Jacquot

Benoît Jacquot : "Casanova est un de mes meilleurs amis"

1h
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la sortie de son film "Dernier amour" le 20 mars au cinéma, le cinéaste nous parle de l'amitié qui le lie à Casanova mais aussi à celui qui l'incarne, Vincent Lindon, tout en autopsiant les jeux de séduction, d'amour et de désir entre Casanova et La Charpillon.

Benoit Jacquot
Benoit Jacquot Crédits : Carole Bethuel - Les Films du Lendemain

Synopsis : Au XVIIIe siècle, Casanova, connu pour son goût du plaisir et du jeu, arrive à Londres après avoir dû s’exiler. Dans cette ville dont il ignore tout, il rencontre à plusieurs reprises une jeune courtisane, la Charpillon, qui l’attire, au point d’en oublier les autres femmes. Casanova est prêt à tout pour arriver à ses fins, mais La jeune femme se dérobe sans cesse, sous les prétextes les plus divers. Puis, elle lui lance un défi : qu’il l’aime autant qu’il la désire.

Ce qui m’intéressait c’était de m’éloigner du personnage de Casanova et de me rapprocher de la personne, telle qu’elle est évoquée par lui-même dans ses mémoires que j’ai lues très tôt, vers 18 ou 19 ans. Je les ai lues comme on lit « Les trois mousquetaires » et d’ailleurs ce n’est pas très loin de ça… C’est réellement un roman d’aventure très particulier. J’étais très attaché à Casanova, à ce qui lui arrive. Pas au sens d’une quelconque identification mais dans un sens affectueux. Depuis que je l’ai lu, Casanova est un de mes trois ou quatre meilleurs amis. 

Vincent Lindon est un ami, j’ai fait plusieurs films avec lui. Et son souhait d’interpréter Casanova me paraissait la chose la plus incongrue du monde. Il est arrivé lors d’une première réunion avec les producteurs en disant « Je te l’annonce, Casanova c’est moi ! ». Ça m’a fichu un petit coup, car je le connais et j’ai senti que ce n’était pas une blague. Cela devenait alors une affaire de confiance, mettant en jeu le lien que nous avions. 

J’ai une religion des acteurs. Pour moi ce sont des gens qui font, qui se livrent à une activité quasiment sacrée. Là pour le coup ce sont les actrices qui règnent. Lorsque j’ai un rapport très fort avec un acteur, comme avec Vincent Lindon, il devient quasiment une actrice. D’ailleurs lorsque Vincent Lindon m’a expliqué pourquoi il tenait tant à faire ce film, il m’a dit très nettement qu’il voulait occuper la place dans un de mes films qu’ont en général les actrices. Car elles sont très souvent au centre de mes films. 

J’ai appris à embrasser des filles en regardant des films. J’ai appris à passer d’une pièce à l’autre même en voyant des films ! Les films donnent des sortes d’échantillons d’existence à tous égards. Tous les films et depuis longtemps.  Cet épisode-là de la vie de Casanova est un de ceux sur lesquels je suis revenu plusieurs fois, que j’ai relu plusieurs fois. C’est une sorte de protocole amoureux dont je ne connais pas d’autres exemples et qui finalement, mais je m’avance peut-être, me semble le fond des rapports amoureux. 

Sons diffusés : 

  • Extraits du film Dernier Amour, de Benoit Jacquot, 2019
  • Vincent Lindon dans l'émission Hors Champs par Laure Adler sur France Culture, 2015
  • Christoph Willibald Von Gluck, Orfeo ed Euridice, par Franco Fagioli
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......