LE DIRECT
Constance Dollé

Constance Dollé : "Le théâtre est un verbe qui prend corps"

58 min
À retrouver dans l'émission

La comédienne interprète le monologue "Girls and boys" de Dennis Kelly, mis en scène par Mélanie Leray au théâtre du Petit Saint-Martin à Paris, jusqu'au 30 novembre 2019. L'occasion d'évoquer l'exercice périlleux du monologue et son rapport au théâtre.

Constance Dollé
Constance Dollé Crédits : Kévin Millet

Constance Dollé investit les planches du théâtre du Petit Saint-Martin à Paris, avec la pièce Girls and Boys , écrite par Dennis Kelly et mise en scène par Mélanie Leray. Avec ce monologue inattendu, complexe, drôle et brutal, le dramaturge britannique continue de percer les apparences pour explorer l'âme humaine et appuyer là où ça fait mal, sans cynisme, mais sans concession.

Constance Dollé dans "Girls and boys", théâtre du Petit Saint-Martin à Paris, 2019
Constance Dollé dans "Girls and boys", théâtre du Petit Saint-Martin à Paris, 2019 Crédits : Pascal Victor

Extraits de l'entretien

"Pour moi, la puissance ce n’est pas la force. En philosophie, la puissance c’est ce qui va passer à l’acte, ce qui est le fruit à venir. Le bourgeon est en puissance la fleur qui est, elle-même, en puissance le fruit. Mon personnage est une femme prometteuse, elle s’est donné les moyens de s’accomplir. Elle est puissante, mais elle est aussi infiniment fragile. Cette fragilité lui permet de se déplacer et d’aller regarder avec la distance nécessaire ce qui lui est arrivé et ce sur quoi elle peut agir."

"Quand je découvre le texte de Dennis Kelly, je tombe de ma chaise. Son écriture me parle absolument, et j’ai envie de dire ce texte-là, et pour moi, c’était indispensable de partir sur cette aventure. C’est écrit par un homme qui a beaucoup réfléchit à tout type de brutalités et de violences sociales, et qui interroge aussi sa propre fascination pour la brutalité. Ce texte est truffé d’adresses différentes, de distances différentes par rapport au discours. On est à la fois dans un discours direct et dans un discours indirect libre, il y a tout un tas d’adresses avec lesquelles il faut jongler, et ça demande une certaine virtuosité pour passer d’un style à un autre."

"J’aime l’idée de servir quelque chose qui appartient à une dimension qui me dépasse. Au théâtre, on est en dehors du temps, en dehors de toute forme de contingence, c’est un endroit où l’espace et le temps se redéfinissent comme nulle part ailleurs : on est catapulté ailleurs. Ce n’est pas éloigné de  ce qui se passe dans les lieux de culte."

Archives

Catherine Hiegel, émission « A voix nue », France Culture, 2007

Fanny Ardant, émission « Par les temps qui courent », France Culture, 2018

Marin Fouqué, émission « Par les temps qui courent, France Culture, 2019

Isabelle Huppert, émission « Le grand entretien, France Inter, 2012

Références musicales

5 little elephants, Wendy Hiller 

 Giacinto Scelsi, C'est bien la nuit, interprétée par Joëlle Léandre

Winter Family, Dead End

Prise de son

Fabien Capel

Vous pouvez écouter et/ou podcaster cet entretien en cliquant sur le lien ci-dessus

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......