LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Daisy Johnson

Daisy Johnson : "Plus on écrit, plus on mue et on laisse des peaux de langues derrière soi"

1h01
À retrouver dans l'émission

La jeune romancière nous parle de son envie d'écrire dans un espace où les frontières de genres se brouillent, et où on trouve de la bizarrerie dans ce qui est sensé être familier. Dans son livre, il est question d'oubli et de dissimulation, mais aussi de souvenirs et du travail de la mémoire.

Daisy Johnson
Daisy Johnson Crédits : DR

Nous recevons l'auteure britannique à l’occasion de la parution de son premier roman « Tout ce qui nous submerge » aux éditions Stock.

Jusqu'à ses seize ans, Gretel a vécu avec sa mère, Sarah, sur une péniche le long des canaux de l'Oxfordshire. Puis un jour, Sarah disparaît de manière aussi soudaine qu'inexpliquée. Seize ans plus tard, un coup de fil vient raviver les questions qui n'ont jamais cessé de hanter Gretel : elle décide de retrouver sa mère. 

J’avais envie de réécrire une histoire, j’étais fascinée par l’idée de prendre un texte très classique et de le détruire entièrement pour le reconstruire sous une forme différente. Le livre est basé sur le mythe d’Œdipe, qui est un mythe extrêmement sombre, qui parle de famille, de destin, et c’est aussi un mythe très ancré dans son époque. Le défi était de savoir, si je pouvais me saisir de ce mythe et l’installer dans un décor contemporain.  

Mon ami et moi, nous avons passé du temps sur une péniche, nous avons voyagé sur le fleuve à Oxford et j’ai eu la sensation que c’était l’endroit parfait où situer cette histoire, qu’il pouvait y avoir quelque chose sous l’eau. Je savais que je voulais un monstre dans cette histoire, et je me suis dit que justement, il pouvait y avoir un monstre sous la surface de l’eau.

J’ai toujours voulu être écrivaine, j’ai eu le sentiment très jeune que je ne saurais pas faire grand-chose d’autre. J’étais une bonne lectrice, une enfant étrange, souvent dans son coin avec un livre et je me disais que j’aimerais être capable d’écrire comme les auteurs de ces livres. Je voulais déjà écrire sur l’eau, les paysages, la famille et les personnages féminins. J’ai remarqué que les personnages féminins sont souvent monstrueux. Je lisais beaucoup de livres d’horreur, mais je lisais également de la poésie, des romans, et en fait, c’est le style de l’écriture qui me faisait ressentir des choses. Donc, très jeune, j’ai eu envie de poser les mots sur la page et de voir ce qui allait en sortir. J’ai trouvé une façon d’exister grâce à l’écriture.

Dans l’écriture, on essaie toujours de s’approcher d’une certaine vérité du monde, mais aussi d’une vérité qu’on détient en soi. Tout ce que j’écris tourne autour de quelques idées très fortes : la langue, la famille et ce sont des choses assez effrayantes. Ecrire est effrayant et ça doit l’être, si vous n’êtes pas effrayé par ce travail, c’est peut-être que vous ne le faites pas assez bien.

Je voulais que pour les personnages, le passé soit comme une ancre, quelque chose qu’ils trainent derrière eux. C’est un livre qui parle de la manière dont le passé est modifié par les souvenirs que nous en avons, par le travail de notre mémoire, et la façon dont nous considérons ces souvenirs. Une partie du livre cherche à remettre en cohérence les souvenirs avec ce qui s’est produit.

Archives

Gaston Bachelard, émission « université radiophonique internationale », RTF, 1952

Guisseppe Ungaretti, INA, 1955

« Nuits magnétiques », France Culture, 1993

Extrait

"Dans la tête d’Alan Moore", de Jérôme Schmidt et Raphaël Lévy, ARTE 2017

Références musicales et extraits sonores

Eric Chenaux, Dull lights

Lionel Marchetti, L’été, le cimetière, les voix du passé

Prise de son

Manuel Couturier

Traduction

Marguerite Capelle

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......