LE DIRECT
"Géopolitique de l'oubli", Musée du Jeu de Paume

Daphné le Sergent : "On pense qu'on regarde mais il n'y a rien à voir : on ne fait que projeter son propre film."

58 min
À retrouver dans l'émission

L’artiste présente au Musée du jeu de Paume l'exposition "Géopolitique de l’oubli", jusqu’au 23 septembre, dans le cadre de la programmation Satellite 11, intitulée NOVLANGUE. Un travail sur les techniques de mémoire et sur les deux possibles naissances de l'écriture ; par l’œil et par la main.

"Géopolitique de l'oubli", Musée du Jeu de Paume
"Géopolitique de l'oubli", Musée du Jeu de Paume Crédits : Daphné Nan Le Sergent

Quand nous regardons une image, notre œil fait un parcours. Il a son propre trajet. Si l'on s'attache à dessiner des petits points à l'endroit où il s'arrête, alors une autre image se superpose, une sorte de cartographie de notre attention. Le récit de note regard qui vient raconter, par-dessus quelque chose de nous face à l'image. Aujourd'hui, la recherche, notamment en sciences cognitives, s'intéresse très fortement à notre interaction avec l'image, parce qu'elle est partout, parce qu'elle est une nouvelle écriture omniprésente, et que des enjeux politiques ou commerciaux colossaux y sont liés.
Daphné Le Sergent présente en ce moment trois films au musée du Jeu de Paume, à Paris, dans le cadre de la programmation Satellite 11 intitulée Novlangue. Elle y interviewe le directeur du Laboratoire GLIF, docteur en psychologie cognitive, sur l'idée d'une écriture par les images, et  projette un essai vidéo, dans une deuxième pièce. Tout ceci est visible jusqu'au 23 septembre, sous le titre de Géopolitique de l'oubli.

J'ai commencé à m'intéresser à la frontière, à la frontière géographique et géopolitique au sens traditionnel du terme, mais  ce qui m’intéressait aussi dans ce phénomène de frontière, c'est comment elle allait tracer des divisions à l'intérieur des subjectivités qui éprouvaient au quotidien l'expérience de la frontière.

D'origine coréenne, je me suis beaucoup intéressée à la frontière entre les deux Corées, entre le nord et le sud, j'ai voulu voir combien cette frontière installée depuis la  guerre de Corée voire depuis la Seconde guerre mondiale avait aussi des retentissements dans le sensible.

"Géopolitique de l'oubli", Musée du Jeu de Paume, 2018
"Géopolitique de l'oubli", Musée du Jeu de Paume, 2018 Crédits : Daphné Le Sergent

La question de origines et de la mémoire m'a toujours intéressée.

Si je parle d'universalité, c'est peut-être un peu fort, mais je me demande quels types de formes peuvent renvoyer à un rapport du sujet au monde, et comment les formes de l'histoire de l'art sont un vivier artistique, une boîte à outils qui permettent cela.

Tout est mélangé, j'alimente mon travail de beaucoup de lectures ; les lectures permettent de réfléchir, de se déplacer, de penser autrement. je me laisse dériver sur ces mouvements, et ça peut donner un projet artistique.

J'avais envie, comme dans "1984", de George Orwell, que les gens puissent se projeter dans un imaginaire qui sonne vrai.

Insert téléphonique avec Agnès Violeau, commissaire de la programmation Satellite 11,  intutulée Novlangue.

Programmation musicale :

  • Nicolas Repac, Slepa Ljubav 
  • Générique de fin, Nicolas Repac, Betty

Lien :

Musée du Jeu de Paume

Daphné Le Sergent
Daphné Le Sergent Crédits : Daphné Le Sergent - Musée du Jeu de Paume

Bibliographie

NOVLANGUE _ Programmation Satellite 11

NOVLANGUE, Programmation Satellite 11Coédition : Jeu de Paume / CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux / Museo Amparo., 2018

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......