LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuelle Pagano

Emmanuelle Pagano: "Quand je n’ai pas la réponse à quelque chose, j’écris, et j’obtiens d’autres questions"

1h
À retrouver dans l'émission

Dans son dernier roman, l'auteur nous parle des étangs de la Brenne offrant une géographie d'écriture, d'un récit à la troisième personne, de filiation, de sons, d'eau et de matrice.

Emmanuelle Pagano
Emmanuelle Pagano Crédits : © Hélène Bamberger/P.O.L

Jonathan Bonnefonds, peintre raté, a hérité d'un domaine dont la survie dépend des étangs. David Gareau, fils du paysan voisin, est désormais marin. Amis, ils ne se sont pas vus depuis longtemps. Le 28 octobre, jour de la remontée du sous-marin de David, ils se remémorent, chacun de leur côté, leur enfance et leur adolescence commune ainsi que leur rapport à l'eau et à la nature.

Un étang en Brenne
Un étang en Brenne

Je me suis aperçue rapidement que l’eau elle-même ne m’intéressait pas, mais que c’était le rapport de l’homme et de l’eau qui m’intéressait. Au début j’avais comme idée d’explorer la rivière, le lac de barrage et le fond des mers et par accident sont arrivés les étangs.

C’était impossible pour moi de raconter cette histoire, je me sentais perdue et trop petite et pour la première fois depuis que j’écris, j’ai été obligée de passer à la troisième personne. C’est en écrivant à la troisième personne que j’ai pu écrire ce livre, ça me dépassait trop.

Ce qui m’intéresse dans tout ça, ce n’est pas les poissons mais les hommes qu’il y a autour et leurs relations, c’est passionnant.

Ca circule d’étang en étang, mais ça imprègne aussi, on est toujours mouillé, ça colle, on a du mal à se défaire de cette espèce d’autre peau. 

L’interrogation sur la filiation c’est quelque chose qui me travaille depuis toujours. Le « d’où on vient » est aussi lié au paysage. Le paysage c’est la famille, et la famille c’est le paysage et on ne peut pas s’en échapper. On ne peut pas s’en défaire, on ne peut qu’accueillir cet héritage.

Les absents au lieu d’avoir toujours tort, ils sont toujours là, et moi je trouve ça trop facile, on s’en va et on ne se confronte pas à tout ce qui se passe quand on reste.

J’aime travailler sur mes peurs et je suis terrifiée par le chant des baleines, alors je me suis dit, je vais me confronter à ça, et la vision du centre de transmission des sous-marins en Brenne m’a donné le prétexte pour aborder cet univers très particulier du sous-marin nucléaire et ce métier tout aussi particulier qui consiste à écouter les sons.

Archives

Gaston Bachelard, source INA

Documentaire sur l’étang de la Brenne, émission « Sur les docs », France Culture, 2015

Jean de Préneuf, émission « Concordances des temps », France Culture, 2017

Robert Dumas, émission « Surpris par la nuit », France Culture, 2003

Références musicales

Arlt, L'eau froide 

John Frusciante, Record only water for ten days

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......