LE DIRECT
Autoportrait

Evangelia Kranioti :"Je m'intéresse aux gens qui cherchent leur place"

1h
À retrouver dans l'émission

Nous recevons la photographe et réalisatrice pour son exposition "Les vivants, les morts et ceux qui sont en mer", présentée aux Rencontres de la photographie d’Arles 2019. L'occasion d'évoquer son rapport à la photographie et au cinéma, et son intérêt pour le hors-champ et l'ailleurs.

Autoportrait
Autoportrait Crédits : Evangélia Kranioti

Cinéaste et photographe grecque, Evangelia Kranioti arpente les confins du monde, saisissant des destinées individuelles prises dans les mailles du commerce des hommes. Ports de fret, artères autoroutières, coulisses d’un carnaval, cimetières, ruines de guerre... ces lieux convoquent tout autant d’incessants transits que des vies immobilisées, clouées au sol ou en mer.

Cette tension, entre inertie du sort et déracinement, fonde le rapport qu’Evangelia Kranioti entretient avec le film et la photographie, deux médiums qui interrogent la fixité, la durée et la mort. Ses deux premiers longs-métrages documentaires, Exotica, Erotica, etc et Obscuro Barroco ont remporté de nombreux prix dans divers festivals internationaux. Elle est également lauréate du Prix de la Photo Madame Figaro Arles 2019

"Buddha of the Main Engine", from the "Exotica, Erotica, Etc." series.
"Buddha of the Main Engine", from the "Exotica, Erotica, Etc." series. Crédits : Evangélia Kranioti

"Je voulais faire un travail sur une autre culture, sur l’autre, et le prisme que j’avais choisi était celui de la transformation et de la tragédie. Dans le visage de Luana Muniz, je me suis rendu compte que les deux se croisaient et nous nous sommes choisies mutuellement. Bien avant d’explorer le visage de Luana, j’avais la volonté de me rapprocher de la culture brésilienne. J’avais senti que la proximité faisait partie inhérente de la façon de vivre là-bas. Donc, en arrivant à Rio, j’avais déjà choisi une focale et j’ai su que j’allais avoir la position d’un observateur qui touche presque son sujet."

"Eu sou obscura para mim mesma" [I Am Obscure to Myself], from the "Obscuro Barroco series".
"Eu sou obscura para mim mesma" [I Am Obscure to Myself], from the "Obscuro Barroco series". Crédits : Evangélia Kranioti

"La réalité est le point de départ, ce qui lie les différents projets exposés à Arles. C’est une façon de rêver la réalité. Je suis derrière la caméra, et je prends seule les décisions artistiques et techniques. J’ai envie de fabriquer, à partir de la réalité, un récit qui amène ailleurs. "

"J’ai filmé de vieux marins ou des marins en activité que j’ai croisés pendant mes voyages. Il ne s’agissait pas de filmer le retour de quelqu’un, mais plutôt de se confronter à la réalité d’un métier, et de voir comment le changement de la marine marchande influait sur leur mode de vie. Sur un cargo, vous avez tout le temps pour parler et réfléchir sur la vie, sur la mort, sur ce que vous faites, et cette vie de marin, faites de départ continus, crée cette condition pour réfléchir. Les marins sont les archétypes des hommes obligés de bouger constamment, et, derrière ces choix professionnels, se cache peut-être un désir de fuite. En fait, je me suis intéressée aux marins parce que, dans ma propre trajectoire, ils étaient l’allégorie adéquate qui pouvait me permettre de comprendre ma condition de métèque."

"Desert on Board", from the "Exotica, Erotica, Etc". series.
"Desert on Board", from the "Exotica, Erotica, Etc". series. Crédits : Evangélia Kranioti

Extrait

Obscuro Barroco, film d’Evangélia Kranioti, 2018 

Archives

Jean-Pierre Vernant, émission « le bon plaisir », France Culture, 1994

Denis Dailleux, émission « L’atelier », France Inter, 2011

Caroline Champetier, émission « Par les temps qui courent », France Culture, 2019

Clarisse Lispector, source Youtube, 1977

Référence musicale

Cathy Berberian, Girl

Prise de son

Bernard Lagniel

Vous pouvez écouter et/ou podcaster cet entretien en cliquant sur le lien ci-dessus

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......