LE DIRECT
Grégory Dargent

Grégory Dargent : "J'ai eu le fantasme d'une photographie qui fait plisser les yeux"

1h
À retrouver dans l'émission

A l’occasion de la sortie de son album « H » chez (BisonBison / L'Autre Distribution), accompagné de la parution d’un livre de photos autour des traces des essais nucléaires français en Algérie dans les années 60.

Grégory Dargent
Grégory Dargent Crédits : @Grégory Dargent

Grégory Dargent est joueur de oud, guitariste électrique et photographe. Passionné des cultures méditerrannéenes, il fonde et dirige H, L'Hijâz'Car, l'Electrik Gem, réalise et interprète, sur le label Accords Croisés, Les Cavaliers de l'Aurès pour Houria Aïchi et Sirventés pour Manu Théron. Parallelement il accompagne Babx sur ses 3 premiers albums et collabore avec lui aux albums de LRaphaele Lannadère et Camelia Jordana. Enfin, il compose pour la danse, le théatre, le cinema et participe activement à de nombreux projets autour des musiques improvisées. Parallèlement à ce répertoire, il est parti, en 2017, à 3 reprises aux points zéro de ces essais nucléaires (Reggane et Tamanrasset) afin de faire un travail d’auteur photographe, tout en argentique, pour sortir le livre de photographies H (Saturne Editions/sortie automne 2018).

Du 13 février 1960 au 16 février 1966, la France procédait à 17 essais nucléaires sur le sol Algérien, 4 essais aériens dans la région de Reggane jusqu’en 1961 puis 13 essais souterrains dans la région de Tamanrasset, pour une puissance totale d’environ 37 fois la bombe larguée sur Hiroshima le 6 aout 1945.

« Ce désert était parcouru par un des plus anciens peuples nomades de la planète, probablement  descendants des primo- habitants d’Afrique du Nord  avec leurs cousins Berbères. Habitants algériens et militaires français furent irradiés suite à l’échec de 4 essais souterrains, et aux trainées radioactive des 4 explosions aériennes dont le vent saharien dispersera les  particules nocives. Lorsque j'ai découvert l’histoire de ces essais et catastrophes il y a 5 ans, l’idée de la collision entre les nomades et la fission atomique m’interrogea profondément, et je commençais à écrire."

Je voulais imaginer l'humain qui ouvre les yeux après l'explosion. Je ne voulais pas commenter l'acte mais poser la question : et après? 

J'ai traqué la lumière, je prenais régulièrement des photographies face au  soleil"

J'ai eu le fantasme d'une photographie qui fait plisser les yeux" 

Avec le oud, quelque chose se pince en moi, dans l'ornementation apparaît un sanglot.

Je joue du oud mais je suis né dans une caserne militaire en Allemagne. Je me suis rendu compte que dès le départ, je parlais du côté héréditaire du mal de la radiation. L'Algérie est resté un mystère, un secret dans ma famille. 

Archives

Bruno HADJIH, émission Par les temps qui courent, France Culture, 2017 

Archive explosion de la première bombe nucléaire française à Reggane, émission  Paris vous parle, 1960 

Alla, émission Un Poco agitato, France Culture, 2003 

Références musicales 

"Ni le soleil" extrait de « H » chez (BisonBison / L'Autre Distribution)

"Requiem" extrait de « H » chez (BisonBison / L'Autre Distribution)

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......