LE DIRECT
Herman Dune

Herman Dune : "J’ai l’impression d’être une victime de l’écriture inspirée et possédée"

43 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir, voyage en Californie avec Herman Dune, à l’occasion de la sortie de "Notes from Vinegar Hil"l son nouvel album qui paraît 20 ans après "Turn of the light", enregistré pendant le confinement, et inspiré du quartier de Vinegar Hill de San Pedro.

Herman Dune
Herman Dune Crédits : Mayon Hanania MMXX

Notes from Vinegar Hill est le nouvel album d’Herman Dune, et le troisième qui paraît sur le label Santa Cruz Records, qu’il a créé à San Pedro, en Californie, où il vit depuis 2015.  L’album contient 12 titres enregistrés dans son studio, et David Ivar (Herman Dune) y chante et y joue de tous les instruments, accompagné de quelques invités. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits de l'entretien

On m’a souvent dit que mes chansons avaient un aspect de journal, de « diary », comme on dit ici. Dans de disque, je n’avais pas envie d’inventer spécialement des histoires, ce que j’avais déjà fait dans de précédents albums, ou de partir dans des métaphores fantastiques, je voulais plutôt m’attacher à des petits détails : ce sont les petites choses qui déclenchent en moi les envies de chansons. Herman Dune

J’ai eu l’idée de revenir à une technique, que j’avais quand j’ai commencé, quand j’étais encore au lycée et que j’enregistrais dans ma chambre. Je faisais des boucles, des petits bouts d’une ligne de contrebasse et de batterie, histoire d’avoir un groove, et ensuite je pouvais jouer et chanter dessus très naturellement, et construire la musique sur cette prise de chanson que je trouvais naturelle. C’est ainsi que j’ai fait cet album. Herman Dune 

Pour écrire, j’ai besoin d’inspiration, d’une petite flamme qui me réveille en pleine nuit, qui m’arrête sur le bord de la route, ou qui me fait rester debout. Sans cette flamme, je ne peux pas écrire, et c’est très angoissant, parce qu’on se dit que ça peut partir comme c’est venu. Il y a des gens qui peuvent juste écrire une chanson, comme on va au bureau. Moi, je n’ai jamais su faire ça, j’ai toujours été dépendant de l’inspiration, et je ressens un complexe d’infériorité par rapport à ça. J’ai toujours eu l’impression d’être possédé par quelque chose quand j’écris des chansons, et j’ai toujours eu peur que cette possession s’en aille. C’est très dur de dépendre de quelque chose qu’on ne maîtrise pas. Herman Dune

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extrait

The Charles Bukowski Tapes, film de  Barbet Schroeder, 1987

Archive

Bob Dylan, interviewé par Antoine De Caunes, INA, 1984

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Références musicales

Herman Dune, Heartbroken & free

Herman Dune, Birds of Prey

Herman Dune, Long Monday

Prise de son

Jean-Ghislain Maige

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......