LE DIRECT
Nastassja Martin

Nastassja Martin: "Il faut repenser le vivant qui est lui-même en train de se repenser"

1h
À retrouver dans l'émission

Nous recevons l'anthopologue pour "Croire aux fauves", son récit qui paraît aux éditions Verticales.Elle évoque, son expérience, ou plutôt sa rencontre avec un ours, son travail sur les questions de l'animisme, et l'importance de maintenir le dialogue avec les non-humains.

Nastassja Martin
Nastassja Martin Crédits : Philippe Bretelle

L'anthropologue Nastassja Martin raconte comment elle a été attaquée par un ours dans les montagnes du Kamtchatka. Défigurée, elle subit de nombreuses opérations, en Russie et en France. Malgré les épreuves, elle présente cet événement comme une rencontre qui lui a permis d'approfondir ses réflexions anthropologiques et son attachement aux peuples arctiques qu'elle étudie

Extraits de l'entretien

"En tant qu'anthropologue, j'ai beaucoup travaillé sur la question de l'animisme, qui consiste en cette idée, partagée par de nombreux collectifs indigènes dans le Grand Nord et ailleurs, que nous partageons avec les autres membres du vivant, ce qu'on pourrait appeler un fond commun animé. C'est ce que Philippe Descola appelle l'intériorité, on pourrait aussi dire "âme". On partage une âme en commun avec tous les êtres qui nous entourent, et ce qui nous différencie, c'est l'enveloppe, c'est-à-dire nos corps. Penser le monde comme ça, nous permet d'être en mesure d'enclencher un dialogue avec les êtres qui nous entourent. L'important pour ces populations, c'est de se donner les moyens de maintenir le dialogue avec les êtres non-humains." 

"Je pense que l'on est quand même collectivement en train de faire face à une urgence d'effondrement écosystémique global, et ce texte est pour moi une manière de me servir d'un événement qui m'est arrivé, et qui est a priori catastrophique, pour le déployer et faire ressentir par résonance ce qu'est la position d'un chercheur en anthropologie face à des mondes qui implosent."

"On est dans un moment assez crucial dans le monde dans lequel on vit aujourd'hui, où il faut se donner la possibilité de penser le hors-cadre, penser ce que nos concepts n'arrivent plus à saisir. Il faut reformuler nos concepts descriptifs et analytiques, ce que j'essaie de faire à partir de l'animisme,  et faire dire au naturalisme et à l'animisme autres choses que ce qu'elles sont sensées dire." 

"On est en train de vivre le moment de genèse où tout se remélange. Il faut retrouver les attributs qui vont faire que l'on peut de nouveau s'individuer et exister. Avec la crise climatique, on est à un moment crucial de l'histoire où l'on peut vraiment repenser nos manières de nous relier au vivant, et même repenser le vivant, puisque le vivant est lui-même en train de se repenser."

Archives

Marc de Gouvenain, émission "L'échappée belle", France Culture, 1996

Claude Levi Strauss, émission "Le bon plaisir", France Culture, 1986

Baptiste Morizot, émission "Les nouvelles vagues", France Culture, 2016

Références musicales

Xela, Wet bones

Xela, Never going home

Chant et haha, Lizin a Innokentevna

Svarte Greiner, Final sleep

Édouard Ferlet Quartet, Convergence

Prise de son

Fabien Capel

Vous pouvez écouter et/ou podcaster cet entretien en cliquant sue le lien ci-dessus

Bibliographie

Intervenants
  • Anthropologue diplômée de l’EHESS et spécialiste des populations arctiques.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......