LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Julia Deck

Julia Deck : "Si je n’avais pas pratiqué le roman, j’aurais peut-être pratiqué l’espionnage"

58 min
À retrouver dans l'émission

Le dernier roman de Julia Deck "Propriété privée" paraît aux éditions de Minuit. L'occasion pour l'auteur d'évoquer son écriture où planent l'ambiguïté et l'incertitude, une façon d'offrir aux lecteurs un choix multiple d'interprétations.

Julia Deck
Julia Deck Crédits : Hélène Bamberger

En cette rentrée littéraire paraît « Propriété privée » le quatrième roman de Julia Deck.

Sous la forme d’un thriller, la romancière met en scène un couple de parisiens aisés qui décident d’acquérir une maison dans un éco-quartier de banlieue. Tout s’annonce pour le mieux, quand, de l’autre côté du mur mitoyen, emménagent les Lecoq. 

Extraits de l'entretien

"Ma technique, je la construis en écrivant et en réécrivant beaucoup, jusqu’à me poser la question de savoir si j’y crois, si l’écriture est suffisamment tendue et si j’ai suffisamment de surprises moi-même quand j’enchaîne les scènes à la relecture. Ce n’est pas une technique très élaborée, c’est beaucoup plus de réécriture que d’écriture, et à vrai dire, l’écriture c’est la phase la moins agréable du travail. La réécriture, le moment où on affine, où ça se construit et où les personnages prennent chair, c’est le moment du plaisir d’écriture."

"Je me suis aperçue au cours de l’écriture d’un précédent roman, que le pronom personnel que je préférais employer c’était le « je », ce que je m’interdisais de faire dans mes premiers écrits, parce que je pensais que « je » c’était la personne de l’autofiction, de l’autobiographie, un genre que je ne pratique pas. Ce que j’ai découvert, c’est que, dire « je » quand ce n’est pas soi, c’est absolument jubilatoire, un peu comme un acteur qui endosse un rôle : on donne quelque chose de soi à son personnage et on prend quelque chose du personnage, il y a une certaine ambiguïté avec laquelle j’ai plaisir à jouer. "

"Les personnes introverties ont besoin d’espace d’intimité où se reconstituer. J’ai l’impression que la plupart des gens ont besoin de cet espace d’intimité et l’éco-quartier c’est le cauchemar de la transparence. Après je me suis demandé pourquoi le rapport entre la promiscuité, l’intimité et l’espace public m’interroge tant. Je me dis que quand on écrit des romans, on a un rapport à la solitude assez particulier : on a besoin de moment de solitude absolu et de silence pour écrire, parce que sinon on écrit mal ou peu. D’un côté cette solitude est essentielle, et d’un autre côté, on se plaint d’être seul et de ne pas avoir une vie au quotidien assez palpitante. Je suis confrontée, comme beaucoup de personnes qui écrivent, à cette dualité qu’on ne peut pas résoudre, il faut simplement s’y acclimater si on veut continuer à écrire des romans."

"Je tiens beaucoup à l’incertitude, et c’est pour ça que l’urbaniste du roman travaille sur une notion urbanistique qui s’appelle l’espace incertain. Cela me vient de mes goûts de lectrice, je n’aime pas être absolument certaine de tout ce qui se passe dans un livre. Je n’aime pas lire l’histoire et l’explication de l’histoire, j’ai besoin d’une part d’interprétation. J’aime les livres qui, une fois arrivée à la dernière ligne, me donnent envie de repartir au début. Relire le premier chapitre à la lumière du dernier est un plaisir assez savoureux. 

Dans ce livre, j’ai voulu terminer sur une fin ouverte, que tout ne soit pas résolu, et que ce qui n’est pas résolu ouvre sur un prochain livre." 

Archives

Alfred Hitchcock, émission « Nuits magnétiques, France Culture, 1984

Aurélien Bellanger, émission « L’heure bleue », France Inter, 2017 

Jean Echenoz, émission « Le bon plaisir », France Culture, 1993 

Deborah Eisenberg, émission « L’humeur vagabonde », France Inter, 2014

Gilbert Lascault, émission « Nuits magnétiques », France Culture, 1981

Jean Echenoz, émission « Les jeudis littéraires », France Culture, 2003

Références musicales

Xavier Garcia, Pour cornemuse et sons fixés

Bertrand Belin, Grand duc

Eliane Radigue, Number 17

Philippe Katerine, Merveilleux

Prise de son

Laurie Vachon

Vous pouvez écouter et/ou podacaster cet entretien en cliquant sue le lien ci-dessus

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......