LE DIRECT
Liliane Giraudon

Liliane Giraudon : "Sans mémoire, il n'y a pas d'art"

1h01
À retrouver dans l'émission

Le travail d'écriture de Liliane Giraudon, situé entre prose et poème, est une traversée des genres. C'est à nouveau le cas dans son nouveau livre "Le travail de la viande" publié aux éditions POL, dans lequel elle travaille en poésie et en prose, la langue et la mémoire.

Liliane Giraudon
Liliane Giraudon Crédits : Marc-Antoine Serra

Le nouveau livre de Liliane Giraudon Le travail de la viande est constitué de sept textes, sept formes très différentes, appelées à explorer ce que peut être aujourd’hui "une littérature de combat". Dans ce recueil sont "débités comme dans un abattoir des morceaux de textes" : un conte, un collage, un dramuscule, un poème, une correspondance, une divagation, et un scénario. Le montage de tous ces textes est capital, « monter c’est montrer », car chaque forme qui s’articule au corps du livre se voudrait le prolongement de nos attitudes fondamentales au monde extérieur.
 

Extraits de l'entretien

Dans ce livre, je voulais faire une sorte de mélange adultère, je ne voulais pas faire un livre de poèmes, parce que j'ai un rapport à la poésie un peu compliqué. Je trouve qu'il y a une idée un peu trop esthétisante du poème dans la tradition de la poésie française, et j'ai toujours eu envie de salir cette esthétisation de la langue, en introduisant des éléments disparates et en brouillant le paysage. Je sais quand je vois du poème, que c'est du poème, comme quand on voit de la viande que c'est de la viande : elle est blanche ou elle est rouge. Mais je ne comprends pas ce qu'on m'impose comme l'idée de la poésie par rapport à la littérature. 

Dans le poème il y a du vivant, et pourtant, c'est du vivant qui travaille avec une mémoire, et donc, avec la mort. Sans mémoire, il n'y a pas de vivant, pas de langue, et je pense même qu'il n'y a pas d'art. Ce travail de la mémoire fait que le vivant peut circuler, se partager et rendre le monde habitable.  

J'ai lu beaucoup de textes sans savoir ce que je lisais. C'est peut-être ça la soi-disant difficulté de la poésie, c'est qu'on veut trop expliquer, or, quand on lit de la poésie, il s'agit de quelque chose de plus archaïque, de plus naïve. Ce que j'aime, c'est retrouver cet état, ne plus savoir où on est, ni qui on est. Gertrude Stein a dit "il faut sentir ce qu'on écrit", et bien peut-être que quand on sent ce qu'on écrit, on peut partager comme on partage un aliment. Je pense que l'art et la littérature sont des aliments qui nous permettent de sentir. Il y a des mots que tout le monde emploient qui nous sont donnés d'une certaine manière, et qui nous permettent de ressentir.

Il y a un truc qui me gonfle beaucoup dans l'idée de l'inspiration, c'est que je ne peux pas ne pas évoquer, en tant que femme, ces histoires de muses. J'ai toujours pensé que l'inspiration c'était une invention totale, qui servait à quelque chose de répressif, et qui masquait quelque chose qu'il ne fallait pas voir. Je n'ai jamais supporté cette idée d'inspiration. Par contre, si on se dit qu'on n'est pas seule à signer ce qu'on écrit, qu'on est travaillée par une expérience du vivre qui est aussi une expérience de l'écrire ou du parler, alors, je pense qu'on écrit avec tout ce qui nous traverse. 

Je me suis demandé ce que les poètes avaient fait des femmes dans le monde de la poésie, qui on garde, qui on efface. Le travail de la viande c'est aussi le travail de l'effacement : qui a droit à être vendu au prix du gigot, et qui se retrouve dans les bas morceaux. 

Archives

Documentaire "Le cri de la viande", diffusé dans l'émission "Nuits magnétiques", France Culture, 1999

Pierre Reverdy, émission "Rencontres et témoignages", RTF, 1952

Louis Calaferte, émission "A voix nue", France Culture, 1988

Claude Esteban, émission "Nuits magnétiques", France Culture, 1981

Références musicales

Brigitte Fontaine, La viande

André Minvielle, La vie d'ici bas

Prise de son

Ludovic Auger

Vous pouvez écouter et/ou podcaster cet entretien en cliquant sur le lien ci-dessus

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......