LE DIRECT
L'Avare, mis en scène par Ludovic Lagarde

Ludovic Lagarde: "L'avarice est un vice caché et dégueulasse. Aujourd'hui, c'est plutôt l'argent que l'on célèbre qui fait office de canon de notre monde"

59 min
À retrouver dans l'émission

Ludovic Lagarde met en scène « L’Avare » de Molière au Théâtre de l’Odéon (du 2 au 30 juin).

L'Avare, mis en scène par Ludovic Lagarde
L'Avare, mis en scène par Ludovic Lagarde Crédits : Pascal Gély

Dans un immense entrepôt, des montagnes de caisses en bois, de caisses en plastique, de palettes voient circuler les membres de la famille d’Harpagon tantôt mis à niveau par des diables, tantôt assommé par la paroi d’une sorte de foodtruck. Les mots de Molière ont investi les coulisses d’une fabrique ou d’un supermarché. Qu’est-ce qu’on y vend ? Du rêve. Des femmes. On vend l’espoir d’une deuxième chance dans la vie du vieil homme fortuné. Plus qu’une pièce sur l’avarice, Ludovic Lagarde monte une pièce sur l’habilité du langage amoureux quand il se sait empêché, et la confusion des sentiments d’une génération à l’autre. De toute façon, quand on croit parler d’argent, on parle souvent d’autre chose !

La prose de Molière est une prose très proche de notre langue d’aujourd’hui, qui devient tout d'un coup très 'dark', très enfiévrée.

Un peu avant la mise en scène, j'avais été très frappé par l'arrestation d'un chef de la mafia sicilienne, Bernardo Provenzano. Cet homme brassait des milliards de dollars, qui était évidemment dans des histoires de famille, a été arrêté après vingt ans de cavale dans une petite bergerie de Corleone misérable.

Cette pièce recèle de trésors qui en font une pièce extrêmement profonde, noire et cruelle, et plus seulement une farce drôle. Aujourd'hui, on l'entend de manière très forte, le commerce des âmes, le commerce des corps. 

Quand Molière écrit la pièce, l'argent n'est qu'un sujet parmi d'autres, le pouvoir féodal, moral, la religion... Petit à petit, l'argent a tout grignoté dans nos sujets à nous. 

Cette pièce a une amplitude très étrange, rare dans l'histoire du théâtre. ça demande de la part des acteurs et de ma part un réglage permanent entre la profondeur, la noirceur et le rire nécessaire, la mécanique du texte qui doit en permanence se réévaluer. 

Le théâtre français progresse au contact des théâtres allemand et belge. Les acteurs français avaient la réputation de ne jouer qu'avec la tête mais il y a un langage du corps chez la jeune génération. On ne peut pas dissocier le sens de la parole du corps. 

Programmation musicale:

  • Yuksek, Sweet Addiction
  • Mamani Keita, Gagner l'argent français
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......