LE DIRECT
"Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit

Magda Kachouche et Mylène Benoit : " La liberté douce n'existe pas, il y a toujours des combats à mener"

58 min
À retrouver dans l'émission

Pour leur spectacle "Diotime et les lions", les deux artistes abordent l’écriture synesthésique de Bauchau, l’importance de la transmission, le territoire du spectacle qui inclut le spectateur, et l’espace imaginaire absolument vivant des enfants.

"Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit
"Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit Crédits : @Patrick Berger

L’adaptation musicale et chorégraphique du récit d’Henri Bauchau « Diotime et les lions » se jouera les 14 et 15 mai 2019 à Armentières et les 23 et 24 mai à Lille. 

L’écriture de Diotime et les lions se tisse dans la construction d’une atmosphère où la musique, la danse, la lumière, les couleurs coexistent avec une importance égale. Avec cette proposition chorégraphique, il s’agit de continuer à étudier les liens entre le corps, la voix, la musique et le récit en créant un spectacle pour le jeune public.

"Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit
"Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit Crédits : @Patrick Berger

Un espace pour un spectacle c’est aussi un espace pour un rituel. C’est un espace où, dans la mesure du possible, on partage les choses en train de se faire. Le territoire du plateau, c’est aussi un territoire qui s’étend dans une dimension temporelle : avant, pendant et après le spectacle. La question qu’on s’est posée est : comment être avec le spectateur pendant tous ces moments. Pour nous le territoire du plateau est comme une place publique, et sans la participation des spectateurs, la pièce n’est pas complète. Le corps du spectacle comprend le corps du spectateur.

La question de la transmission est au cœur de « Diotime et les lions », et c’est l’une des questions principales qu’on se pose depuis des années et qui sous-tend le travail de la compagnie : comment on transmet, comment on s’adresse et comment on converse ? Cette question s’est posée quand il s’est agi de créer une pièce avant tout adressée à des enfants. Diotime est à la fois une jeune fille, mais aussi une vieillarde, un lion, et une âme qui traverse tous les corps, tous les temps et tous les âges.

Henri Bauchau arrive à repérer les grands moments de passage dans l’existence humaine, qui font que l’on devient la personne que l’on est. Il rappelle que si on n’invente pas sa vie soi-même, personne ne le fera pour nous. Rien n’est fait dans notre société aujourd’hui, pour nous aider à devenir nous-même, il y a des luttes qu’il faut mener. La liberté douce n’existe pas. Dans l’existence, si on veut être libre, ça passe par des combats, y compris contre et avec soi-même.

Si on n’a pas les usages du spectacle vivant, on peut se dire qu’il y a peut-être des codes qu’il faut forcément savoir suivre, et la question se pose beaucoup quand il s’agit de danse contemporaine : est-ce qu’il faut avoir compris un spectacle ? Le spectateur peut se poser la question de sa propre légitimité. Je crois qu’en France, ce problème prend sa source à l’école et dans un certain rapport très vertical au savoir. Si l’école était plus libre, alors nos spectateurs jeunes ou plus âgés le seraient aussi.

La danseuse Céline Cartillier dans "Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit
La danseuse Céline Cartillier dans "Diotime et les lions" de Magda Kachouche et Mylène Benoit Crédits : @Patrick Berger

Archives

Henri Bauchau, émission « A voix nue », France Culture, 2009

Xavier Leroy, émission « Pas la peine de crier », France Culture, 2012

Pascal Quignard, émission « Du jour au lendemain », France Culture, 2015

Marguerite Duras, RTF, 1967

Références musicales

Moondog, Voices of spring

Henry Purcell, Cares of lovers 

Prise de son

Jean-Michel Bernaud

Informations complémentaires sur la tournée

Compagnie Contour progressif

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......