LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Image extraite de "3 rêveries"

Marc-Antoine Mathieu: "Je suis plus un raconteur qu'un illustrateur"

59 min
À retrouver dans l'émission

L'auteur nous présente son coffret « 3 rêveries» aux éditions Delcourt. Il y est question d'esprit en escalier, d’image en amenant une autre, d’objets livres atypiques, de récits muets empruntant à la fois à la philosophie et à la science.

Image extraite de "3 rêveries"
Image extraite de "3 rêveries" Crédits : © Éditions Delcourt, 2018 - Marc–Antoine Mathieu

Dans son ouvrage, Marc-Antoine Mathieu propose un poème graphique où se déploie le triptyque des créations humaines : le temps, le faire et la pensée. Au fil de ces récits muets, l'errance et la nécessité, l'adversité et la réalisation, la contingence et la logique agissent toutes, invisibles et en deçà- des mots.

3 rêveries
3 rêveries Crédits : ©Dimaj

Quand il s’agit de rêveries, le temps est un peu difficile à quantifier, le temps de la création c’est un peu le temps de l’autiste. 

Je suis plus dans le récit que dans le geste. Il y a toujours un récit, dans la mesure où il faut qu’une image en amène une autre, qu’un mot en amène un autre, je l’ai découvert après beaucoup d’années de réalisation et j’ai toujours envie de raconter une histoire.  « 3 rêveries » sont des récits, parce je propose toujours une promenade, et j’ai laissé la possibilité de lecture ou de relecture et d’interprétation, au maximum.

Dans le ruban, il y a vraiment un rapport entre le fond et la forme qui s’est opéré. Cette idée de faire parler le cosmos a bien collé avec cette idée de ruban qui pouvait s’étaler, d’un ciel qui démarre et qui n’en finit plus et qui est à l’origine et à l’arrivée de toute chose. Dans un livre, il y a quelque chose de terriblement définitif parfois, ce qu’on n’a pas forcément dans « 3 rêveries ».

Pour un auteur de bande dessinée quand il n’y a pas de bulles, on dit que c’est muet, et c’est injuste, car il y a beaucoup de récits soi-disant muets qui parlent bien plus que dans certaines bandes dessinées qui ont plein de bulles.

Je n’ai pas vraiment eu l’impression de prendre des risques, et j’ai plutôt le sentiment de toujours avoir eu la chance de pouvoir en prendre.  

L’intérêt du dessin, de l’image fixe et du texte associé, c’est que tout est « réinterprétable ». Le temps du lecteur de la bande dessinée est le même que celui de la littérature, un temps qui appartient définitivement au lecteur.

Archives

Alberto Manguel, émission « Histoire de », France Culture, 2005

Fred, émission, émission « Le bon plaisir », France Culture, 1994

« Histoires du cinéma » émission de Jean-Luc Godard dans laquelle est lu « Penser avec les mains », un texte de Denis de Rougement

Jorge Luis Borgès, émission « Entretiens avec », France Culture, 1965

Jean Martinelli lit un texte de Paul Valéry

Références musicales

Louiville la souterraine production, LouisEville

Giacento Scelsi, Hymnos  

Xavier Garcia et Lionel Marchetti, Machine Lyrique

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......