LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Maria Pourchet

Maria Pourchet : "Je voulais que ce livre galope"

58 min
À retrouver dans l'émission

Dans cet entretien à l’occasion de la parution de son roman « Les impatients » aux éditions Gallimard, l'auteure nous explique la mécanique de son écriture, et évoque son plaisir à perdre le contrôle de ses personnages ainsi que la nécessité de l'ironie pour contrer l'émotion.

Maria Pourchet
Maria Pourchet Crédits : @Francesca Mantovani

L’auteure nous livre le récit de Reine, 32 ans, qui malgré ses nombreux diplômes et une carrière professionnelle réussie, choisit de fuir son dernier poste. Elle évolue aux côtés d'Etienne, un cadre issu de la classe ouvrière qui rêve de prendre la place de son PDG, de Pierre, son mari et de Martin son amant.

Il y a toujours un dispositif d’écriture dans mes livres, ce que je dis est aussi important que la manière dont je le dis. Dans ce livre, je veux écrire la façon dont mes personnages voient le monde, voient leur temps. C’est vraiment le seul livre dans lequel je ne parle pas de moi, et je suis beaucoup plus au service des personnages qu’avant. 

C’est un jeu entre trois protagonistes : le lecteur, le personnage et l’auteur, c’est comme un ping-pong à trois, où chacun se renvoie la balle. Parfois, c’est le personnage qui garde la balle, qui a le pouvoir sur le jeu et qui arrive à m’imposer sa personnalité et à me faire perdre le contrôle. Le caractère jouissif de l’écriture, c’est qu’on perd le contrôle tout le temps. 

Je fais un projet de certaines fonctions de l’écriture. Je veux que ça me fasse du bien d’écrire une phrase et reproduire ce plaisir-là tout le temps. Quand j’écris, j’essaie de dire quelque chose sur mon temps, de manière allusive, sans être scolaire, et j’essaie aussi d’amuser.

L’efficacité de mon écriture répond davantage à ce que sont les gens que j’ai rencontrés, qui ont une forme d’impatience. Ce sont des gens qui vont vite, alors ce livre va vite, il répond au format des gens dont j’essayais d’exprimer l’essence. 

Je savais que je ferai une fiction, et le format m’a été dicté par les gens qui m’ont inspirée. L’intrigue amoureuse était en fait le meilleur rail pour parler de ce qui meut les personnages. Le romantique m’était totalement nouveau, et le romantique va rarement avec l’ironie. C’était très intéressant parce que, parfois, le moment romantique était grave et j’ai été confronté au fait que je ne pouvais pas faire de vannes, alors que je ne supporte pas longtemps l’émotion.  

Archives

Olivier Cadiot, émission « L’humeur vagabonde », France Inter, 2015

Philip Roth, entretien avec Alain Finkielkraut, France Culture, 1999

Jean-Philippe Toussaint, émission « Du jour au lendemain », France Culture, 2012

Références musicales

Lilium, Four Basses

Sexy Sushi, Amant Maîtresse

Diagrams, Serpent 

Jeanne Added, Suddenly

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......