LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michèle Lesbre

Michèle Lesbre : "J’écris un peu comme je voyage, je n'utilise pas de plans"

1h
À retrouver dans l'émission

Pour la sortie de son livre « Rendez-vous à Parme » (ed: Sabine Wespieser), l'auteure nous parle de ses voyages en solitaire, de sa pharmacie littéraire et de ces croisements permanents entre lectures et rencontres, qui créent un univers à la fois onirique et réel dans lequel elle aime se perdre.

Michèle Lesbre
Michèle Lesbre Crédits : FRANCESCO GATTONI / Leemage - AFP

Quand Laure, la narratrice, se décide à ouvrir les cartons que lui a légués son ami Léo, devenu homme de théâtre, elle y découvre, parmi les textes qu'ils avaient travaillés ensemble pour la troupe du lycée, un exemplaire de La Chartreuse de parme. Elle se rappelle alors que, sur une plage de Normandie, un homme l'avait enjointe d'aller à Parme et d'y lire ce roman de Stendhal.

Je ne commence pas un roman en me disant : j’ai une idée je commence à écrire. Ca peut durer plusieurs mois, je vais rôder autour de cette idée, essayer de comprendre ce qu’elle cherche en moi. En plus je ne fais jamais de plans, ça ne m’intéresse pas, j’aime garder ce côté un petit peu aventureux, je sais à peu près où je vais aller, mais je ne sais pas comment. 

Si je n’ai pas le titre, je ne peux pas commencer à écrire, parce que pour moi, le titre c’est comme le « la » en musique. Quand j’ai le titre, je peux commencer à écrire, et c’est parti pour une grande aventure.

Pour moi, écrire de la fiction, c’est la meilleure manière d’être au plus près de moi. Je n’ai pas envie d’écrire ma propre vie, et peut être que quelque part, j’ai envie d’avoir plusieurs vie dans ma vie. C'est peut -être pour ça que je ne cherche jamais à connaître la vie des auteurs que j’aime, ça ne m’intéresse pas. 

Je suis une grande adepte de la relecture. Les livres opèrent sur le long terme, ils infusent très lentement. Quand j’écris, il y a dans mon dos des auteurs anges-gardiens qui me sont chers, mais il ne s’agit pas d’écrire comme les auteurs qu’on aime, mais de trouver sa propre langue. 

Ce roman je l’ai écrit en même temps que je voyageais, je ne savais pas que j’allais parler du théâtre. C’est le théâtre Farnèse qui a introduit le théâtre dans ce roman, et ce n’était pas incongru. J’en avais envie, parce que depuis un certain temps, je ne suis pas tout à fait d’accord avec certaines mises en scène. Pour moi, le théâtre c’est d’abord un texte, et les textes de théâtre, y compris les très anciens, sont d’une modernité absolue, si on les respecte. On n’a pas besoin de changer quoi que ce soit au texte, il doit rester tel qu’il est, et tel qu’il est, il fait son travail.

Bibliographie

.

Rendez-vous à ParmeMichèle LesbreSabine Wespieser éditeur, 2019

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......