LE DIRECT
Missy Ness

Missy Ness : "Etre DJ en 2007 en Tunisie, c'était déjà faire la révolution"

59 min
À retrouver dans l'émission

Première représentante féminine du "deejaying", en Tunisie, et familière de la scène underground et alternative - Hip-hop, drum’n bass, breakbeats, électro...-, l'artiste DJ est notre invitée ce soir. Elle sera en concert en juin et juillet, à Marseille, à Agadir, à Arles ...

Missy Ness
Missy Ness Crédits : Missy Ness/ Gingersounds

Nous sommes nombreux à considérer que la danse est l'une des meilleures manières d'être bien, et d'être bien ensemble. Nous avons tous des souvenirs plus ou moins récents d'un bal d'été joyeux, d'un club immense et enivrant, d'une petite soirée de rien du tout qui se transforme en battle de chorégraphies devant youtube, d'un enfant tournant sur lui-même, au milieu de musiciens ... Cela n'a pas de prix. L'amour de la musique, et suscité par elle, est immense. Missy Ness fait partie des convaincus. Voilà plusieurs années qu'elle met sa curiosité musicale au service de djsets qui tissent ensemble ; hip hop palestinien, musique underground tunisienne ou classiques préférés et suggérés par des hommes et des femmes que l'on dit "en transit". Elle s'est fait une place dans l'univers masculin des DJ en Tunisie, en France et ailleurs. Et s'évertue à mettre beaucoup d'ailleurs dans ses sessions où qu'elle joue.  On la retrouvera en concert à Marseille le 28 juin, à Agadir le 5 juillet au Festival Timitar, à Arles, le 13 juillet....

J'ai beaucoup écouté de hip hop, et ça fait partie des fondements de ma culture musicale. Dans le deejaying, j'aime l'amour de la musique et surtout, le partage, regarder les réactions de gens quand ils écoutent une musique. 

Ça commence avec des souvenirs d'école : aimer ça ensemble. A l'âge des boums, au collège, j'aimais déjà passer les musiques.

J'ai vécu une jeunesse très imprégnée de politique, très connectée à la situation. Avec mes copains, faire de la musique en Tunisie, c'était déjà faire la révolution. 

Au lendemain de la révolution, ce que j'ai ressenti, c'était "on l'a fait", ce n'était plus juste un rêve : on pouvait parler. Et pour moi, ça a fait la différence.

Missy Ness
Missy Ness Crédits : Missy Ness/GingerSouds

Programmation musicale : 

  • Chinese Man, Warriors
  • Ramallah Underground, Quararat
  • Générique de fin, Rayez Beek Orchestra, Schizophrenia

Lien : Ginger Sounds

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......