LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nathalie Quintane

Nathalie Quintane : "Trahissons la littérature pour qu'enfin elle vive."

59 min
À retrouver dans l'émission

L’écrivain publie "Ultra-Proust, Une lecture de Proust, Baudelaire, Nerval", aux éditions La fabrique, et s’attaquant à ces trois monuments, se demande comment « réamorcer la littérature et rendre poétiquement indissociables excitation sensible et excitation politique ».

Nathalie Quintane
Nathalie Quintane Crédits : Bamberger/P.O.L

"Il est presque aussi stupide de dire pour parler d'un livre : "c'est très intelligent" que "Il aimait bien sa mère". Mais le premier n'est pas encore mis en lumière. Les livres sont l'oeuvre de la solitude et les enfants du silence. Les enfants du silence ne doivent rien avoir de commun avec les enfants de la parole, les pensées nées du désir de dire quelque chose, d'un blâme, d'une opinion c'est-à-dire d'une idée obscure. La matière de nos livres, la substance de nos phrases doit être immatérielle, non pas prise telle quelle dans la réalité, mais nos phrases elles-mêmes et les épisodes aussi doivent être faits de la substance transparente de nos minutes les meilleures où nous sommes hors de la réalité et du présent." Voici un extrait du texte Contre Sainte-Beuve de Marcel Proust, publié en 1954, à titre posthume. Un extrait qui clôture le livre de Nathalie Quintane. Ultra Proust publié lui, aux éditions de La fabrique. 

Ce qui m'intéressait, c'était de partir de "qu'est-ce qu'il est convenu de dire de Proust ?". Je pars de là. Qu'est-ce qui, dans cette bienséance, ne nous aide pas aujourd'hui et dépasse largement Proust. La littérature seule ne peut pas grand chose. Il faut qu'elle soit accompagnée d'un contexte pour qu'elle ne soit pas seulement un objet d'émerveillement. La lecture qu'on a de Proust encore aujourd'hui est gelée dans cet émerveillement.

Proust, c'est un petit coquin. Il peut être malin, il peut être salaud. Walter Benjamin dit qu'il fait preuve d'une "malice abyssale".

Il y a un roman de la langue française, une paranoïa orthographique, une défense sans illustration.

Nuit Debout, en ce qui me concerne, cela a été très fort. Je n'avais jamais vécu ça. Deux semaines après j'ai commencé à écrire parce que je savais qu'ils allaient tout faire pour effacer ça.

Programmation musicale :
Dave, "Du côté de chez Swann"
Générique de fin : Angus & Julia Stone, "Baudelaire"

Bibliographie

Ultra-Proust

Ultra-ProustLa fabrique, 2018

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......