LE DIRECT
Nicolas Pariser et Anaïs Demoustier lors du tournage d' "Alice et le maire", 2019

Nicolas Pariser :"J'ai voulu filmer deux personnes seules qui se reconnaissent"

59 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons le réalisateur à l'occasion de la sortie de son deuxième long métrage « Alice et le maire » avec Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier, en salles le 2 octobre.

Nicolas Pariser et Anaïs Demoustier lors du tournage d' "Alice et le maire", 2019
Nicolas Pariser et Anaïs Demoustier lors du tournage d' "Alice et le maire", 2019 Crédits : Bac Films

Après avoir réalisé des courts métrages, Nicolas Pariser réalise en 2015 son premier long métrage, qui  est sélectionné au Festival de Locarno dans la section « Cineasti del presente » et reçoit le prix Louis-Delluc du premier film. Il revient dans les salles avec son deuxième film Alice et le maire, dont les rôles principaux sont tenus par Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier.

Extraits de l'entretien

"L’idée qui m’intéressait, c’était de faire un film autour d’une star. Je suis très cinéphile, et j’aime beaucoup ce qu’on appelle les véhicules : ce sont des projets qui sont fondés autour d’un grand acteur. C’est une démarche à priori industrielle qui m’intéresse énormément, et qui résume assez bien ce que peut être le cinéma à savoir un art et une industrie. Ça m’intéressait de me fondre dans le rôle du scénariste et du metteur en scène qui se mettaient au service d’une star. Le film avec vedette permet énormément de choses, y compris que la vedette soit volée à la vedette de départ."

Anaïs Demoustier et Fabrice Luchini dans "Alice et le maire" de Nicolas Pariser
Anaïs Demoustier et Fabrice Luchini dans "Alice et le maire" de Nicolas Pariser Crédits : Bac Films

"Je trouve normal que les confrontations politiques se fassent avec des êtres de chair et de sang, et il me semble que le personnel politique est une source de fiction inépuisable. Il y a, à disposition,  un réservoir de personnages passionnants dans le théâtre politique, dont on se sert relativement peu. Je trouve qu’il y a quelque chose d’intéressant dans la vocation politique, et dans ce film, j’ai plutôt eu envie de reconstruire une croyance qui se fonderait sur le dialogue et les échanges d’idées."

"Mon ambition était de faire un récit plus articulé avec des dialogues plus précis et un découpage plus classique, dans lequel je m’intéressais à la question du cadre, à la longueur des plans ou de la vitesse des panoramiques. Le cinéma des années 90 et 2000 était beaucoup dans le flux, et il parlait beaucoup de corps, de drogue etc… et j’ai voulu savoir ce que ça donnait si les gens échangeaient vraiment et si la parole était possible, si les gens étaient capables d’exprimer des idées et ce qu’ils ressentaient précisément. Ce qui m’intéresse dans le cinéma, c’est que la parole n’est pas une fin en soi, c’est une action. "

Archives

Yves Jeuland, émission « Cinq fois », France Culture, 2016

Nathalie Quintane, émission « Par les temps qui courent », France Culture, 2018

Extraits

Alice et le maire, film de Nicolas Pariser, 2019

Alice au pays des merveilles, film de Hamilton Luske et Wilfred Jackson, 1951

Références musicales

Hobocombo, Theme and variations

Les Vilars, Rouge sur blanc

Prise de son

Eric Boisset

Vous pouvez écouter et/ou podacster cet entretien en cliquant sur le lien ci-dessus

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......