LE DIRECT
Poétique de l'emploi, de Noémi Lefebvre

Noémi Lefebvre : "Dire ce qu'on dit a du sens. Quand on dit que ça n'en a pas, méfions-nous"

58 min
À retrouver dans l'émission

L'écrivain publie "Poétique de l’emploi", aux éditions Verticales ; « un nouveau Traité de savoir survivre à l’usage des désœuvrés volontaires »…

Poétique de l'emploi, de Noémi Lefebvre
Poétique de l'emploi, de Noémi Lefebvre Crédits : Philippe Bretelle (pour les éditions Verticales)

Quand il est bon d'être agile, mobile, efficace. Quand il est valorisé d'être prompt au changement, performant, et rentable. Quand il est vieux jeu de chercher du sens à la tâche, mal vu de vouloir du temps pour vivre, quand il est rappelé que le travail est une mise à disposition totale. Il y a de quoi angoisser d’en trouver. Du travail. La narratrice du livre de Noémi Lefebvre, veut apprivoiser l’idée du travail. Mais comment font les gens ? S'il y a de la poésie ou s'il en manque, en ces temps d'urgence et de sécurité, voilà ce qui lance un dialogue vif entre elle et son surmoi paternel. « Poétique de l'emploi » est le titre de son ouvrage paru aux éditions Verticales.

Le grand thème qui peut occuper n'importe quelle époque, c'est le travail. Je ne comprends pas le rapport entre travailler et gagner sa vie, travailler et avoir un emploi. C'et un peu brumeux encore, même après le livre.

Dans le livre, on peut imaginer une femme, un homme : rien n'indique ni le sexe, ni l'âge, ni l'identité, on sait très peu de choses sur son parcours. On est nécessairement en action, et ça c'est intéressant à fabriquer. C'est ma contrainte oulipienne : un personnage non "genré".

L'entretien filmé, c'est un dialogue que j'ai écrit sans penser à le filmer ; un décalage entre la vision entendue de la poésie, une manière de magnifier le poète, et un statut de poète qui n'existe pas aussitôt qu'il devient une profession. C'est amusant de chercher des extraits de textes de grands poètes en face de quelqu'un de Pôle Emploi : ça ne tient pas. L'idée même d'intégration est folle, mieux vaut en rire.

Ce qu'on propose aux gamins de vingt ans, ce n'est pas ce qu'ils ont envie de faire. Cet absurde-là dit quelque chose de ce qu'on leur propose et de ce dans quoi ils ne veulent pas tomber. Ils ont d'autres imaginaires.

Programmation musicale 

  • Rihanna, Work work work
  • Tupac, Never had a friend like me
  • Générique de fin, Sandra Nkake, No more trouble

(1ère diffusion le 14/02/2018)

Bibliographie

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......