LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Yanick Lahens

Yanick Lahens : "Ça a toujours été la question : partir ou rester".

58 min
À retrouver dans l'émission

Après "Guillaume et Nathalie", "Bain de lune", la romancière publie « Douces déroutes », aux éditions Sabine Wespieser, et nous plonge dans la nuit haïtienne, au gré des ombres sur les routes où l’on croise un juge assassiné, une chanteuse, des poètes, des prostituées, dans une ville agonisante...

Yanick Lahens
Yanick Lahens Crédits : Iris Gene Lahens

Les êtres sont des points reliés entre eux, des îles entourées de courants traversés de vent forts. La lente tectonique de l’histoire, celle des plaques terrestres et celles de nos vies, les fait bouger. Parfois, c’est invisible à l’œil nu. Ces histoires de failles, Yanick Lahens les écrit depuis longtemps, qu’elles soient intimes ou qu’elles blessent la terre, qu’elles se révèlent dans un séisme, sur un siècle d’histoire familiale ou dans le vif d’une enquête de sept jours. Son dernier roman Douces déroutes, voit évoluer plusieurs personnages de Port-au-Prince. A la suite du meurtre d’un juge, elle y fait jouer comme en accordéon l’échelle de l’intime et du collectif, et ce n’est pas un hasard si le  roman est encadré par deux annonces d’attentats, celui de Charlie Hebdo et celui du Bataclan.    

Le roman commence par une lettre d'amour d'un homme pour sa femme. J'ai commencé le roman en imaginant que j'allais mettre cette lettre à une autre moment du texte, et je me suis rendu compte que c'était le centre de gravité du roman, comme un obus dont les déflagrations vont atteindre tout le monde.

Le miracle de la littérature c'est ça : faire parler les silences. La mort du juge va hanter les personnages et toutes les pages ; les personnages vont se poser la question du fondement même de leur vie.

Port-au-Prince est un endroit où l'énergie est phénoménale, c'est une ville typique. Il y a tout une inventivité, et ce sont ces lieux, ces gens qui donnent à la ville sa respiration magnifique. 

Il faut aller chercher. Et le livre peut aller restituer cette quête de rédemption de tous ces personnages. Comme je suis habitée par ces interrogations, il y a toujours ce moment où je tombe en amour parce que je rencontre des gens exceptionnels. Je crois au miracle de la littérature pour rendre ça.

Programmation musicale :

  • Yann Tiersen, Mother will die
  • Melissa Laveaux, Simalo
  • Générique de fin, Schubert, Lied, An Sylvia 

Sabine Wespieser Editeur

Bibliographie

Douces déroutes

Douces déroutesYanick LahensSabine Wespieser, 2018

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......